• 2933 visits
  • 147 articles
  • 2141 hearts
  • 3062 comments

Envers et contre tous : présentation des OCs 27/08/2015

Je sais absolument pas pourquoi je mets cette image, qui n'a d'ailleurs strictement rien à voir... Mais je la mets quand même.
Envers et contre tous : présentation des OCs
 
Les personnages principaux :


Envers et contre tous : présentation des OCs
Créatrice : L-Drago

Nom : Atsuki
Prénom : Ulrich
Âge : 17 ans
Anniversaire : 23 octobre
Famille : Son père et sa s½ur jumelle Ulia.
Passé : Depuis tout petit, il a une mauvaise santé. Il est très faible et a dû procéder à plusieurs opérations et il a passé des mois à l'hôpital. Depuis que sa mère était morte, son père à du doubler d'effort pour payer les soins. Lors de la mort de sa mère, il a failli mourir d'un infarctus et il dû rester très très longtemps à l'hôpital. Son père est d'ailleurs pauvre, ils n'ont pas beaucoup de moyens.
Personnalité : Ulrich est très charmant, on le voit toujours avec son beau sourire. Très amical et agréable, pratiquement toutes les filles le trouve beau. Mais, il cache beaucoup de secrets, tout n'est pas tout beau et tout rose. Il se plaint beaucoup, pourtant il n'aime pas que les autres gens se plaignent de lui. Il montre son côté fatigué et triste à ses vrais amis qu'il connait depuis longtemps. Ulrich veut néanmoins s'améliorer et faire tout pour que ses amis soient heureux. Tout le monde lui donne du respect, peut-être parce qu'il est très calme et sage. Il est également très intelligent et très très mystérieux.
Phrases fétiches : « Les amis sont bien plus important que tout au monde » « La guerre... ce n'est pas pour moi désolé ! »
Physique : Ulrich est vraiment très fin, mince, limite très maigre. Il a un petit cul tout mignon et des jambes très longues et fines. Ses cheveux argentés sont coupés jusqu'à ses épaules et sont très fins. Ils volent aux vents. Il a de beaux yeux bleus ciel qui font craqué tous les gens qui ont le bonheur de le regarder dans les yeux. On le voit par son apparence qu'il est faible mais son mental est bien le contraire. Il est toujours super bien habillé.
Orientation sexuelle : Bisexuel (uke)
En couple avec : Célibataire
Amoureux/se de : Personne
Meilleur ami de : Ryuga
Aime : Il aime beaucoup ses amis et serait prêt à faire tout et n'importe quoi pour eux, les mangas, la musique (il aimerait tellement jouer du violon), le beyblade bien évidemment, s'occuper des problèmes de ses amis, s'entraîner, étudier, lire. Mais surtout se promener au bord de la rivière lors du coucher du soleil pour êtte au calme et admiré la belle vue. Les jeux vidéo aussi !
N'aime pas : Les viols, manger, qu'on dit qu'il ne sert à rien et que c'est un incapable, faible etc... Car il le pense vraiment mais il fait tout pour s'améliorer.
Entourage : Il aime bien rester avec Gingka, Masamune pour rigoler un peu, mais il passe la plupart de son temps avec Ryuga et tout seul. Il est assez mystérieux, personne ne sait beaucoup de chose sur lui..
Passion : Il veut savoir toujours pleins de choses, il passe son temps à lire, apprendre, s'entraîner, et aussi à flâner devant un coucher de soleil.
Métier: C'est un bladeur mais il est l'allié de l'AMBB, il n'y travaille pas parce qu'il n'aime pas répondre à des ordres mais il les aide de temps en temps.
Toupie : Paradis Angel
Paradis Angel :
Apparence : C'est un ange.
Coups spéciaux : Barrière d'ailes / Volées d'éclats / Danse de l'espoir.
Type : Equilibre (elle excelle cependant beaucoup dans la défense et dans l'attaque).
Puissance : 8/10
 
Envers et contre tous : présentation des OCs
Créatrice : L-Drago

Nom : Atsuki
Prénom : Ulia
Âge : 17 ans
Anniversaire : 23 octobre 
Famille : Son père, et son frère jumeau Ulrich.
Passé : Depuis la mort de sa mère, elle aide son père à travailler pour rembourser les frais de l'hospitalisation de son frère et de tous ses problèmes. Elle est aussi très présente et fait sourire son frère qui est fatigué et désespéré. Elle se dit aussi qu'elle a bien trop de chance, qu'elle a tout et qu'elle ne sert à rien dans sa famille.
Personnalité : Elle rit pour tout est pour rien, ça fait son charme ! Sinon, elle est très énergique, toujours prête à tout, et courageuse. Mais elle compatis beaucoup, surtout pour son frère jumeau Ulrich à cause de sa santé. Elle était toujours là pour lui et l'est encore, elle passe beaucoup de temps avec lui et prend aussi soin de lui. Elle sort aussi des trucs pas tellement cohérents... En fait, elle ne réfléchit jamais à ce qu'elle sort, et des fois ce sont des belles conneries...
Physique : Elle a les cheveux très très long qui lui arrive jusqu'aux genoux de couleur argentés et ses yeux sont très bleus. Elle est très fine mais a quand même de jolies formes.
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
En couple avec : Célibataire
Amoureuse de : Nile
Meilleure amie de : Hikaru et Kyoya
Aime : Elle adore manger, le beyblade, regarde des animés, les mangas, mais surtout le dessin. Elle adore créer de nouvelles choses et sa chambre est complètement décorée de ses créations. Elle est aussi fan de mode, elle est toujours bien habillé comme son frère et aime s'habiller avec les nouvelles tendances.
N'aime pas : Elle déteste quand quelqu'un fait du mal à son frère, qu'on la remballe parce qu'elle n'a pas tenu sa langue, qu'on la rejette car elle déteste ne servir à rien.
Entourage : Elle traine beaucoup avec Gingka, Masamune etc... Mais elle passe aussi la plupart de son temps chez elle ou dans les magasins !
Passion : Dessiner, chanter, faire du shopping
Métier : Bladeuse mais veut devenir rock star
Toupie : Jaguar Destar
Apparence : Un jaguar
Coups spéciaux : Griffes profondes du jaguar
Type : Équilibre (malgré son attaque fulgurante)
Puissance : 6/10
 
Envers et contre tous : présentation des OCs

Créatrice : ktn-love
Nom : Valdez
Prénom : Henna
Âge : 17-18 ans
Anniversaire : 28 septembre
Famille : Son oncle Doji, sa mère et son grand frère Isaac.
Passé : son père s'est suicidé alors qu'elle était plus jeune et depuis sa mère la couvre, elle et Isaac, d'une sur-protection de peur qu'ils sombrent eux aussi dans la déprime.
Personnalité : Douce et pacifique, elle est aussi timide lorsqu'elle ne connait personne mais change totalement en compagnie de ses amis les plus proches. Détestant voir ses proches souffrir moralement, elle se livre facilement à l'exercice de psy et possède une grande faculté à écouter les autres. Calme et observatrice, elle peut s'avérée être une très bonne stratège.
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle  
En couple avec : Kyoya
Amoureuse de : Kyoya
Meilleure amie de : Tsubasa
Aime : Elle fait beaucoup de natation, souvent pour se détendre. Sinon, elle aime les animaux son frère et la musique x") Bien sûr elle adore le beyblade et sa toupie. Elle craque facilement pour les bijoux comme les bagues et les bracelets, mais quitte ou change très rarement ceux qu'elle porte déjà. Elle tient aussi beaucoup à sa liberté.
N'aime pas : L'attitude de sa mère qui la prive de liberté, son oncle et ceux qui peuvent s'en prendre à son entourage. Et les carottes ^^' elle n'aime pas les carottes.
Entourage : La bande de Gingka, surtout Hyoma, Tsubasa, Nile et Da-shan.
Passion : Le Beyblade, la natation et la cuisine.
Métier : Bladeuse
Toupie : Evil Lince
Si le personnage à une toupie :
Apparence : Lynx
Coups spéciaux : Flot de lumière aveuglante, Lumineuse Morsure d'Evil Lince
Type : Attaque
Puissance : 7/10
 
Envers et contre tous : présentation des OCs

Créatrice : Dent-de-Lion-LEONE
Nom : Seribu
Prénom : Akihide
Âge : 20 ans
Anniversaire : 20 Février
Famille : Un père et une mère qui travaillent à l'AMBB, un demi-frère de seize ans du nom de Rathbone aux origines Australienne et un petit frère de sept ans du nom de Daisuke
Passé : Rien de bien particulier, on peut dire que son histoire commence lorsqu'il met la main sur Poison Vespa, une toupie en construction qu'il a trouvé dans les locaux détruits de la Nébuleuse Noire, celle-ci à porté de main, il ne s'est pas privé pour la prendre. Suite à sa découverte et après l'avoir rafistolé, Il décide de tracer sa route en temps que blader et quitte son foyer, même si il revient de temps en temps pour piquer de la nourriture ou des vêtements.
Personnalité : Akihide est quelqu'un d'indépendant, il n'a besoin de personne pour faire sa vie. Il est flatteur même si cela ressemble plus à du sarcasme et du mépris. Son attitude oisif provoque facilement des réactions démesurés et il est exubérant lors de ses combats.
Phrase fétiche : La nature m'a offert tous les moyens, alors autant que j'en profite
Physique : Akihide a les cheveux naturellement couleur noir mais il se les ait teint en aigue-marine, ils sont courts et ébouriffés. Il a de petits yeux orageux. Sa peau est légèrement bronzée, il est musclé comme il faut, ni trop ni peu, et il a un nez légèrement pointu. Il possède une cicatrice en croix sur la hanche gauche ainsi qu'un ongle manucuré de couleur noir avec une paillette argentée dessus.
Orientation sexuelle : Bisexuel
En couple avec : Personne
Amoureux de : Personne
Meilleur ami de : Personne en particulier
Aime : Le beyblade, le hard rock, le pouvoir
N'aime pas : La paire de lunettes qu'il doit porter lorsqu'il travaille à l'AMBB, que quelqu'un lui résiste lorsqu'il propose une partie de jambe en l'air
Entourage : Il ne forme aucune alliance
Passion : Le beyblade
Métier : Blader et assistant à l'AMBB
Toupie : Poison Vespa
Poison Vespa :
Apparence : son "âme" est une guêpe, le boulon est vert foncé avec dessiné dessus une guêpe qui sort son dard, l'anneau d'énergie est de couleur jaune zébré de noir, dont la forme ressemble à de petit dard en forme de fleur, la roue de fusion est celle de poison, l'axe de rotation et la pointe de performance sont jaune avec deux traits noirs. L'esprit de Poison Vespa possède deux formes de combat lorsque l'on fait ressortir ses dards de son anneau d'énergie en plein combat, l'une petite est rapide qui sert à attaquer en rafale et la seconde elle prend la forme d'une guêpe géante vêtu d'une armure et d'une lance qui concentre sa force en une seule attaque
Coups spéciaux : Première forme : Essaim, et deuxième forme : Piqûre mortelle
Type : Défense
Puissance : 5/10
 
Les personnages secondaires :
(vous allez bientôt comprendre qui elle est et à quoi elle sert)
Envers et contre tous : présentation des OCs


Créatrice : Moi (mais je vais pas vous mettre le nom de tout mes blogs u.u...)
Nom : Strassia
Prénom : Estelle
Âge : 15 ans
Anniversaire : 17 octobre
Famille : Elle est fille unique et ses parents habitent à l'étranger
Personnalité : Elle est très gentille, douce et serviable. Néanmoins, elle n'est pas très intelligente, mais elle se fait quand même beaucoup d'amis. Elle fait toujours des compliments à tout le monde. Chez elle, être gentille est aussi naturel que de respirer. Elle croit à tout ce qu'on lui dit
Physique : Elle est assez jolie, elle a les cheveux mauves et les yeux violets, elle sourit tout le temps
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
En couple avec : Nile
Amoureuse de : Nile
Aime : Apprendre et découvrir de nouvelles choses, les autres, les films et séries romantiques
N'aime pas : Les gens méchants, les tomates, les films qui finissent mal, les mensonges
Entourage : Elle passe les trois quarts de son temps avec Nile, mais elle est très souvent avec Kyoya, Gingka, Masamune, Tsubasa, Yu, etc... (enfin, vous savez quoi, on va faire encore plus simple : prenez tout les gens qui participent au Championnats du Monde sauf les Star Breaker, rajoutez Kenta et Madoka, et voilà, vous avez tout ses amis...)
Passion : Peindre et dessiner, danser, s'occuper des autres...
Métier : Aucun, mais elle a beaucoup de rêves, elle veut être à la fois docteure, peintre, fleuriste, danseuse, scientifique, actrice, institutrice...
 
Envers et contre tous : présentation des OCs

Créatrice : Marina
Nom : Berenolt
Prénom : Emmy
Âge : 14 ans
Anniversaire : 1 juin
Famille : Elle a une grande s½ur qui s'appelle Marina, et ses deux parents sont en vie
Passé : Quand elle était petite, elle a eu tout ce qu'elle voulait, ce qui ne l'a pas rendue capricieuse. Mais à l'école, tout allait de travers. À cause de sa timidité, elle était toujours seule. Pendant les récréations, elle restait toujours assise par terre dans un coin, ou fuyait des méchants garçons qui l'embêtait. Pour ne pas déranger sa famille, elle ne leur disait pas, et a donc passé des années à se faire persécuter pas les autres et à souffrir en silence. Heureusement, un jour, une fille a remarqué cette injustice, est devenue son amie et l'a protégée. 
Personnalité : Elle est très gentille et très à l'écoute des autres, mais elle est extrêmement timide et très sensible, et du coup elle est plutôt réservée et elle ne parle pas beaucoup. Elle se fait rarement des amis, mais quand elle en a c'est pour la vie. Elle est vraiment niaise, naive et innocente. Et elle se fait souvent arnaquer.
Phrase fétiche : Ce n'est pas grave. 
Physique : Elle a les cheveux blonds courts et les yeux bleus. Elle commence à avoir des formes, mais elle est toute petite. Elle est assez mince, et très mignonne.
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
En couple avec : Célibataire
Amoureuse de : Personne 
Aime : Les jolies choses, la photographie, le beyblade, ses amis, les chats, sa s½ur
N'aime pas : L'art moderne, les vantards, la vulgarité, les pervers, les jeux comme le jeu de la bouteille ou action ou vérité
Entourage : Kyoya, Nile, les autres OCs... 
Passion : La photographie 
Métier : Bladeuse, et aimerait devenir photographe
Toupie : Flash Cath

Si le personnage à une toupie :
Apparence : Un chat bleu nuit avec un éclair jaune fluorescent sur le ventre, sinon son boulon représente le chat sur un fond jaune fluo aussi, l'axe de rotation et la pointe de performance sont jaunes fluos (pour changer), sa roue de fusion est grise métallique avec quatre piques disposés sur les côtés, et enfin son anneau d'énergie est bleu nuit.
Coups spéciaux : Griffes meurtrières (elle enfonce les piques de sa roue de fusion dans la toupie adverse), All cats are grey in the dark
Type : Équilibre
Puissance : 6/10
 

Envers et contre tous : présentation des OCs

Créatrice : Cameby
Nom : Aikawa
Prénom : Camélia
Âge : 16 ans
Anniversaire : 7 juillet
Famille : Père, mère et trois grand frères (Shô, Makoto et Shintaro)
Passé : Camélia a fugué de chez elle à l'âge de 10 ans car elle est issue d'une famille d'assassins. Ils exterminent les bladers les plus faibles pour prendre leur puissance. Cette famille est de mèche avec l'Académie HD dite Hadès qui veut régner sur le monde. Ne pouvant plus supporter ce massacre elle quitte la France pour le Japon où elle fera multiples rencontres notamment avec Ryuto qui va la sortir des griffes de Rago, un blader très puissant qui surpasserai l'Empereur Dragon, qui a été engagé par l'Académie HD pour qu'elle s'allie a lui et devienne une professionnelle des tueries au Beyblade. Cette aliance est due au fait que ces deux bladers possèdent des toupies de force obscure.
Celle-ci, avant de rencontrer Ryuto, a commencé à sombrer du côté obscur à cause de la solitude et des encouragements de Rago ainsi que du pouvoir maléfique de sa toupie. Mais celui-ci l'ayant sauvée, elle a pu retrouver goût à la vie.
Personnalité : Elle est plutôt discrète, timide et très calme. Elle fait passer les gens avant elle-même. Elle est prête à se défendre corps et âme pour défendre ses amis.
Elle peut être aussi très énervée si on la cherche mais malgré cela elle reprend son calme rapidement et fait de nombreux sacrifices surtout donner des nouvelles chances de se racheter à ses pires ennemis. Elle est très drôle aussi et est intenable avec celui qu'elle aime.
Physique : Cheveux châtains ondulés attachés en queue de cheval, yeux noisettes en amande. Petite de taille (1m53) et de poids très mince (43kg). Très normale. N'a pas beaucoup de formes.
Phrase fétiche : Ne jamais abandonner tant qu'il y a de l'espoir !
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
En couple avec : Ryuto
Amoureuse de: Ryuto
Aime: Ryuto, ses amis, le Beyblade et les choses simples.
N'aime pas: Sa famille et l'Académie Hadès, les pervers et les conflits sans queue ni tête. Haïs Rago.
Entourage : Ryuto, Henna et Kyoya et les autres OCs
Passion : Le dessin et le Beyblade.
Métier: Bladeuse
Toupie : Thermal Gemios
 
Si le perso à une toupie:
Elle se compose de deux oiseaux, un de l'eau et un du vent. Si les deux oiseaux sont utilisés en même temps ils forment un oiseau noir maléfique. Donc la toupie ne sera plus Thermal Gemios mais Thermal Gemios Némésis et tournera vers la gauche et non vers la droite comme a son habitude.
Une partie de la toupie est bleue pour l'eau et l'autre grise transparente pour le vent. C'est une toupie de verre (les oiseaux de la roue de fusion et le boulon) et métal (l'axe de rotation et l'anneau d'énergie et la pointe de performance) sur le boulon il y a 2 oiseaux un gris et un bleu sur fond transparent.
Coup spéciaux :
-Tempêtes déferlantes Aquatiques (pour l'eau)
-Déferlantes Céleste ou Hurlement de la tornade du vent ! (Le vent)
-Déferlantes de l'Obscurité fatale (Thermal Gemios Némésis)
Type: Équilibre
Force: 10/10

Tags : Envers et contre tous - Présentation des OCs

Mon dessin de Nilou <3 02/09/2015

J'ai dessiné mon petit Nile-chou en classe ^^ (je suis très studieuse) Enfin, j'ai fait les bases (la forme du visage, le nez, la bouche et une partie des cheveux) en classe et le reste chez moi (avec un modèle parce que j'arrivais pas à faire les yeux sinon... mais j'ai pas décalqué !) Un jour je ferais le corps, et un jour je le colorierais... Un jour...

Tags : Mon dessin de Nilou :3

Le jeu de l'Enfer : chapitre 3 03/09/2015


PDV Nile :
Kyoya s'arrête soudainement, tétanisé. Intrigué, je regarde ce qui peut bien lui faire peur et reste figé aussi. Une meute de loups. Qu'est ce que des loups font là ? D'accord c'est une forêt, mais elle est en intérieur. Soudain, le nom de leur jeu me revient en mémoire. Le jeu de l'Enfer... Je comprends avec une fatale ironie pourquoi il s'appelle comme ça. Derrière les dangereux canidés, j'aperçois une masse informe. En regardant mieux, je m'aperçois que c'est un cadavre humain, mutilé et déchiqueté de partout, les côtes à l'air et dont le cerveau dégouline par le côté droit de la tête. Cette vision me donne la nausée, et je ferme aussitôt les yeux. Je dois partir... Pourquoi mes jambes sont paralysées ? J'ai atrocement peur... Soudain, je sens qu'on m'empoigne par la main et me tire vers l'arrière. J'arrive de nouveau à bouger, ouvre les yeux et vois Kyoya, ou plutôt mon sauveur du moment, en train de courir à en perdre haleine. J'entend le pas des loups qui semblent nous poursuivre, mais n'ose pas jeter un coup d'½il derrière moi. Il croit vraiment qu'on va s'en sortir comme ça ?!
<<-Tu crois que les loups savent monter aux arbres ? Demande-t-il.
-Hein ? Euh, non...
-Parfait !>>
Et sans me laisser le temps de comprendre, il me serre dans ses bras et saute sur la branche la plus proche. J'ai le visage collé contre son torse. À la seconde ou mes pieds touchent le bois, je m'écarte, légèrement rouge.
<<-Tu aurais pu prévenir avant de faire ça ! Je m'énerve.
-Tu voulais que je te fasse un discours et que je leur laisse le temps de nous rattraper ?>>
C'est sûr que vu sous cet angle... Des couinements horribles me font revenir à la réalité. La meute toute entière essaie de grimper. Heureusement, ils n'y arrivent pas, mais je me rends quand même compte de la situation précaire dans laquelle nous sommes... Je déglutis. À tout moment, nous pouvons tomber, la branche peut se casser, ou un des loups peut réussir à monter un peu plus haut que les autres... À tout moment, nous pouvons mourir. C'est la pire situation dans laquelle je me suis jamais retrouvé. Pire que mon enfance sans amis, parce que je n'avais pas le droit de me mêler aux gens de classes sociales inférieures. Pire que quand mes parents m'ont renié parce que je ne voulais pas d'un mariage arrangé. Pire que les trois mois que j'ai passé dans la rue. Bien pire que les travaux douteux et mal payés que j'ai dû faire pour m'en sortir. J'ai envie de pleurer. Pourquoi est ce que je n'ai pas pu avoir une existence normale ? J'aurais tout donné pour avoir des parents aimants, des amis sur qui j'aurais pu compter et une raison de me lever le matin ! Pourquoi... Et maintenant, je vais sûrement mourir. Je ne sais même plus si j'ai peur ou si je suis triste que ma vie se finisse comme ça, sans que j'aie pu en profiter. Je sens des larmes couler sur mes joues, et ma vue se brouille. Soudain, j'entend un coup de feu, aussitôt suivi de couinements. Avant même que j'ai eu le temps d'essuyer mes larmes, un deuxième retentit. Je passe le dos de ma main sur mes yeux, et revoit clair à nouveau. Je regarde en bas. Deux des loups sont étendus sur le sol au beau milieu d'une gigantesque flaque de sang, et les autres sont en train de fuir. Je fixe alors Kyoya, un pistolet fumant à la main, qui reprend son souffle.
<<-Tu... Tu as une arme ?!! Je lui demande, ébahi.
-Plus ou moins... Elle appartenait à mon père et je ne m'en était jamais servi, mais je trouvais cette invitation louche alors je l'ai prise par précaution... Mais maintenant, je n'ai plus de balles. Je n'ai pas pensé à en prendre de rechange. Donc si les loups reviennent, nous serons vraiment fichus.>>
La dernière phrase me fait frissonner. J'ai bien cru que j'allais mourir... Et je me rends compte que je n'ai réalisé aucun de mes rêves. Ma vie a été complètement inutile jusqu'à présent. Et ça, ça m'attriste profondément. Si jamais j'arrive à sortir de cet Enfer, je fais le serment que je profiterais pleinement du temps qu'il me reste à passer sur Terre.
<<-Tu compte rester là haut encore longtemps ?>>
La question de Kyoya me fait revenir à la réalité. Il est déjà descendu de l'arbre. Je saute de la branche et le rejoint. Nous nous remettons à marcher, en espérant ne trouver aucun danger sur notre chemin.
<<-Tu crois que les autres ont croisé des loups, aussi ? Il demande sans trop que je sache pourquoi.
-Hum... Cette fille, là, Ariane, elle a dit qu'on était dans la zone du Petit Chaperon Rouge, et dans ce conte, il y a un loup... Je répond après une brève hésitation.
-Donc tu pense que les pièges sont en rapport avec le nom de la zone ?
-En effet, mais c'est juste une hypothèse...>>
Il reste pensif. Il s'inquiète donc du sort des autres ? Il est moins égoïste que ce que je pensais... J'espère qu'ils sont en vie. Mais je ne peux qu'espérer... Soudain, nous arrivons à l'orée de la forêt. Enfin... Je vois une sorte de chaumière, et me précipite vers elle, soulagé bien que toujours sur mes gardes. Je tourne la poignée et tombe sur...
 
PDV Tsubasa Otori :
Yu... Vient de mourir sous mes yeux. Tout s'est passé si vite, j'ai à peine eu le temps de comprendre. Et avant même de réaliser ce qui arrivait, j'étais en train de courir dans la direction opposée. Le paysage défile à toute vitesse. Je ne suis jamais allé aussi rapidement, c'est peut être la peur qui décuple mes forces. Je ferme les yeux une seconde, mais le problème, c'est que quand je les ouvre à nouveau... Je suis dans une impasse. En face de moi, il y a un ravin, derrière, les ours, et des deux côtés, se trouvent des murs infranchissables. Non... Je cherche désespérément une autre issue, en vain. Alors... De deux maux, choisir le moindre. Si je me jette dans le ravin, j'ai très peu de chances de survivre, mais j'en ai quand même. Alors que si je reste ici, les ours vont me tuer à mon tour. Je ne tard pas à faire mon choix. Je saute dans le gigantesque trou, et voit ma vie, ma triste vie pleine de misère et de privations défiler devant mes yeux, jusqu'à ce que je m'écrase au sol. Je suis incapable de bouger. J'ai mal partout, et je suis lacéré de partout par des cailloux un peu trop tranchants. Je me vide de mon sang. Le pire, c'est que je ne peux rien faire, juste attendre mon dernier souffle en priant pour que mon agonie se finisse vite. J'ai défié la mort, et j'ai perdu.
 
 
 

Aurélie : Mais... T'avais pas promis trois morts ?
Il y a eu trois morts : deux loups et Tsubasa.
Aurélie : Ouf, les loups comptaient... Mais tu avais aussi dit que Tsubasa serait le quatrième à mourir ! Or c'est pas le cas si tu compte les loups...
Tsubasa est le quatrième HUMAIN à mourir. Mais si j'avais précisé ça dès le départ, tout le monde aurait su que je comptais les animaux, donc je l'ai pas précisé ! (#lesexplicationspasclairesethyperembrouilléesdelafillequiessaiedepasspoilersaficdailleurscesttellementpasclairethyperembrouilléquemêmecehashtagestpasclairethyperembrouilléetsurtoutsuperlong !
Traduction : #les explications pas claires et hyper embrouillées de la fille qui essaie de pas spoiler sa fic d'ailleurs c'est tellement pas clair et hyper embrouillé que même ce hashtag est pas clair et hyper embrouillé et surtout super long !)

Tags : Fiction - Le jeu de l'Enfer - Chapitre 3

Le jeu de l'Enfer : chapitre 4 10/09/2015

Attention les enfants, dans ce chapitre, il y aura du langage grossier que je n'ai pas censuré parce que ça aurait cassé l'ambiance !
Aurélie : Attends... T'as décrit des morts violentes, et tu supporte pas trois petites insultes ?! Mais ça n'a pas de sens !
Oui mais pour les morts j'avais prévenu les gens dans le résumé... Alors faut bien que je les prévienne pour la vulgarité de Ryuga !
Aurélie : Si ça continue, je crois que c'est moi qui vais me pendre...
Bon, bref, vous vous en foutez de mes conversations schizophréniques, voilà le chapitre !

PDV Ryuga :
Une forêt de champignons géants. Une forêt de champignons géants ?! Je suis allé dans beaucoup d'endroits étranges, mais ça, c'est le pire... Soudain, j'entend un bruit de choc. Je pose immédiatement les yeux sur... Gingka et le voit debout au milieu d'un nuage de spores oranges. Avant que j'ai pu réagir, il se jette sur un champignon géant, en arrache un gros morceau et l'avale. Il est encore plus bête qu'il en a l'air ou quoi ? Sans que je comprenne quoi que ce soit, il se retourne et semble voir quelque chose de stupéfiant. Je regarde aussi le point qu'il fixe, mais n'y trouve rien d'anormal. En tout cas, par rapport à tout ce que j'ai pu voir aujourd'hui. Et puis, il tombe. Je me précipite aussitôt vers lui, et remarque qu'il étouffe. Bordel... Je tente de me souvenir des trucs de secourisme que j'ai vu à la télé, en vain. Soudain, il arrête de se tordre et affiche un sourire béat. Je prend son pouls. Il n'en a pas. Nom de Dieu... Il est... Mort ? C'est pas possible... Mais pourquoi ? Il y a cinq minutes, il allait très bien... Est ce que ce serait à cause du champignon qu'il a mangé ? Ils seraient donc vénéneux... Mais pourquoi est ce qu'il en a pris ? Il a eu des hallucinations ou quoi ? Mais qu'est ce que c'est que cet endroit ?! Déjà que les gamines déguisées et le décor sont bizarres, en plus il y a des morts ?! Mais ces filles sont complètement folles ! En tout cas... Elles ne m'auront pas. Je marche d'un pas décidé droit devant moi, dans faire attention à ce qui se passe autour de moi. Je vais sortir d'ici. Quoi qu'il arrive. Je vis comme ça. Quelles que soient les difficultés, et quel que soit l'enjeu, je fais ce que je veux. C'est pour ça que j'ai fugué de chez mes parents avant même ma majorité. Je mène peut être une vie minable, j'habite peut être dans un taudis lui même dans un quartier mal famé, et j'ai peut être dû me battre contre un gang de voyous tout entier, mais au moins, je fais ce que je veux, et personne ne me dicte ma conduite. Je vais sortir d'ici, même si je dois tuer ces fillettes pour ça. Je fouille dans ma poche, et en sort mon couteau. Sans m'arrêter, je le regarde fixement. Ça fait depuis quinze ans que je l'ai, mais je ne m'en sert que depuis ces quatre dernières années. Depuis le temps, je le connais par c½ur. Sa lame est plus tranchante que n'importe quelle autre. Il a perdu deux minuscules morceaux, l'un est resté dans le bras du chef du gang, et l'autre s'est cassé quand j'ai crocheté la porte du voisin du dessus avec et que j'ai pris toute ses économies pour payer mon loyer. C'était assez marrant de voir sa tête quand il a appelé les flics, et encore plus quand il s'est rendu compte qu'il ne viendrait jamais dans des endroits aussi dangereux, surtout pour "des représentants de l'ordre et de la justice". Tu parle... Tous des connards incompétents. Il faut tout faire soi-même... Et je vais débarrasser le monde de trois tarées. C'est plutôt moi qui fait régner la justice... Je ne peux pas m'empêcher de sourire quand je vois la porte. Elle n'est même pas verrouillée. J'arrive dans une salle entièrement blanche.
<<-Montrez vous ! Me dites pas que vous avez peur ?! Je hurle.>>
Puis, le silence se fait. Soudain, il est troublé par un bruit de pas. Je me retourne et voit Ariane. Parfait, je n'ai même pas eu besoin d'aller la chercher... Mais je ne sais pas pourquoi, elle dégage, je ne sais pas trop quoi... Une sorte d'aura... Je me sens paralysé, et je ne sais pas pourquoi. Elle s'approche. Elle fait un pas, puis deux... Elle est juste devant moi, à quelques millimètres. Je retrouve soudain l'usage de mes bras. Ni une, ni deux, je sors mon couteau de ma poche, et la poignarde. Et là... Elle disparaît sous mes yeux. Pourtant, une mare rouge se forme à mes pieds. Mon ventre me fait tout à coup atrocement mal. Je passe la main dessus, mais quand je la retire, elle est pleine de sang... Effrayé, je pose mes yeux là où j'ai mis ma main. Il y a une longue blessure. Je me rends compte que c'est exactement là que j'ai pointé mon couteau, mais ce n'est pas normal, je l'avais planté dans le corps d'Ariane... Non. Je l'avais planté dans un corps. Mais je n'ai pas regardé. Je me suis poignardé moi même. Mais qu'est ce qui se passe ici ?! Je tombe par terre, j'ai perdu beaucoup de sang.
<<-Tu ne semble pas comprendre... Tu n'avais pas remarqué que tu étais couvert de spores ? Si tu avais un peu plus regardé tes vêtements, ou même autour de toi sur le chemin, tu l'aurais remarqué... Fait une voix que j'aurais préféré ne jamais connaître.>>
Et elle part sur un grand rire. Je suis à la fois en colère parce qu'elle se moque de moi et éberlué. De spores ? Non... C'est pas possible... C'était une hallucination ? Ce n'était pas la vraie Ariane ? C'est vrai que, c'est le plus logique... Mais...
<<-J'imagine que je dois te remercier. Le spectacle est bien mieux en vrai qu'au travers de la caméra.
-Fille de pute... Je réussis à articuler.
-Pardon ? Excuse moi, j'ai dû mal comprendre. Continue-t-elle, d'une voix pleine de colère.
-Fille de pute... Va crever avec ton chaperon rouge... T'es complètement tarée. T'as intérêt à me laisser partir, sinon...
-Sinon quoi ? Tu es pathétique. C'est toi qui va mourir. Et tu vas mourir par terre, dans la poussière, par ta faute. Ton agonie va durer longtemps, très longtemps. Tu vas me supplier de t'achever, tu vas me supplier d'arrêter ta souffrance. Et moi, je vais me délecter de cette souffrance. Tu n'es qu'un minable. Ton existence est minable, et ta mort le sera aussi.>>
Et le pire, c'est que je ne peux que lui donner raison. Sauf que je ne la supplierais pas, jamais. Je préfère encore souffrir. Je rassemble toute mes forces pour essayer de me relever, en vain. J'abandonne, et dans un ultime effort, je réussit à m'asseoir. Il est hors de question que je meure face contre terre. Je peux voir Ariane. Elle sourit, elle sait aussi bien que moi que je ne vais pas faire long feu. Je n'ai même plus la force de parler. Mon esprit s'embrouille de plus en plus. Je ne sait pas combien de temps elle reste à me fixer, comme ça, peut être cinq minutes, peut être une heure. Soudain, j'entend un cri. Et la dernière image que je vois est celle d'Ariane, en train d'accourir dans la pièce d'à côté. Ma mort est vraiment pitoyable.
 
PDV Léa Rosso :
Rachel hurla. Kyoya et Nile avaient réussi à arriver vivants à la salle de contrôle et à y entrer. Ariane était dans la pièce d'à côté. J'attrapais son pistolet qu'elle avait laissé sur sa chaise. Un pistolet... Un instrument de mort. Tout ici est fait pour la mort. Mais après avoir vu tant d'horreurs, il ne vaut pas mieux mourir ? Les humains ne sont pas faits pour ce genre de choses. Tué ou être tué... Cette règle est faite pour les animaux, qui n'ont pas de conscience. Ariane non plus n'a pas de conscience... Rachel, peut être qu'elle en avait un tout petit peu, mais depuis que la police nous as maltraitées et fait passer une nuit en prison, elle l'a perdue. Pourtant, ces punitions étaient méritées. Mais moi, ai je une conscience ? Non. Je suis un monstre, tout comme mes s½urs. Mais je suis bien égoïste... Et j'ai décidé d'arrêter. Je tirais, et ma cible s'écroula.

Tags : Fiction - Le jeu de l'Enfer - Chapitre 4

Le jeu de l'Enfer : chapitre 5 17/09/2015


PDV neutre :
Nile et Kyoya firent irruption dans la salle de contrôle. Ariane n'était pas là, occupée avec Ryuga. Mais elle avait laissé son pistolet à ses s½urs... Rachel se mit à hurler, elle avait peur de ces deux inconnus qui voulaient sûrement la tuer... Mais la balle ne vint pas du côté qu'elle attendait. Léa s'empara de l'arme, et lui tira dessus, à la seconde même où Ariane pénétrait dans la pièce. Son visage se décomposa.
<<-Léa ? Mais qu'est ce que tu... Fait ?>>
Aussitôt, sa triplée pointa le canon vers elle.
<<-Pardonne moi... Je ne voulait pas en arriver là, mais c'est le seul moyen. Nous sommes des monstres... S'excusa-t-elle avec un sourire désabusé.>>
L'aînée fondit en larmes. Elle tremblait de tout ses membres. Elle qui avait vu tant de morts, elle était plus effrayée que n'importe qui par la perspective de rendre son dernier souffle. La fausse Alice la serra dans ses bras. Ses larmes arrêtèrent de couler, et un sourire illumina son visage. Soudain, un second coup de feu retentit. Le visage d'Ariane s'était, d'un seul coup, figé en une expression profondément surprise et apeurée à la fois, pendant qu'une tâche rouge se formait sur son ventre. L'espace d'un instant, elle avait bien cru qu'elle s'en sortirait...
<<-Désolée, Ariane... Nos vies n'ont rien eu d'un conte de fées. Dit Léa d'une voix triste.>>
[flash-back]
Trois petites filles couraient dans une grande maison. Celle qui semblait la plus âgée ouvrit une porte en hurlant.
<<-Maman, maman ! Tu peux nous lire une histoire ? Celle du Petit Chaperon Rou...>>
Elle ne finit jamais sa phrase. Elle venait de voir sa mère, qui gisait sur le sol, un filet de sang au coin de la bouche, et juste à côté, son père... Enfin, la tête de son père. Le corps était, lui, tout au fond de la pièce. Devant ce spectacle macabre, les trois restèrent un moment sans voix. Après un très long silence, la plus jeune se mit à pleurer. Aussitôt, son aînée la prit dans ses bras et lui chuchota des mots doux pour la réconforter, auxquels elle ne croyait pas elle-même. Quand à la dernière, elle se précipita vers le téléphone et composa le numéro de la police. Elles restèrent un long moment à les attendre, sans bouger, dans cette pièce sombre et glacée, à regarder les cadavres de leurs parents. Le silence régnait, bien qu'il soit brisé de temps en temps par un reniflement ou deux. Quand les policiers arrivèrent, ils les trouvèrent comme ça, en train de pleurer, sans bruit. Ils leur firent beaucoup de promesses, leur disant que tout allait bien se passer, que leur père et leur mère étaient heureux là où ils étaient, et d'autres mensonges qui ne firent qu'accentuer le chagrin des pauvres enfants. De plus, ils ne retrouvèrent jamais le coupable, malgré une enquête approfondie. Mais les fillettes, elles, eurent plus de succès. La plus grande, et sans doute aussi la plus machiavélique, élabora un plan. Elle trouvait trop gentil de le laisser simplement aller en prison. Il avait tué leurs parents adorés, il avait pris leur bonheur, il avait détruit leurs vies ! Non, il était hors de question qu'il s'en tire si facilement. Elle allait le faire payer ! Elle élabora le plan le plus terrible qui soit. Elle fit construire des répliques grandeur nature des univers de leurs trois contes favoris, Le Petit Chaperon Rouge, Alice au Pays des Merveilles et Boucles d'Or, mais en bien plus dangereux. Et puis, elle l'invita, lui et cinq autres criminels, à jouer à un soi-disant jeu, dont le seul but était de tous les massacrer. Elle atteignit facilement son but, grâce à moult dangers qu'elle avait placé sur leurs chemins. Mais la police découvrit tout ça. Elle et ses s½urs furent mises en prison et eurent un procès, qui aboutit sur un non-lieu, faute de preuves. Mais elle avait pris goût au sang... Elle décida alors d'organiser une deuxième édition de son jeu. Cette fois, elle ne prit pas des tueurs, mais des gens qui, selon elle, menaient des vies tellement minables qu'ils voulaient sans doute mourir. Au final, même la benjamine s'était laissée convaincre par ses beaux discours, et trouvait normal de tuer si c'était pour la justice ou par pitié. Quand à la cadette... Elle voulait arrêter le massacre, mais elle savait très bien que le seul moyen, était de tuer ses s½urs... Pourtant, elle ne pouvait s'y résoudre. Peut être parce que le même sang coulait dans leur veines ? Ou alors, à cause de leur but commun de vivre dans un conte de fée ? Toujours est il qu'elle n'y arrivait pas... Elle avait pitié d'Ariane. Au fond, ce n'était qu'une pauvre enfant qui n'avait pas eu de chance dans la vie, et qui voulait simplement être heureuse... Certes, elle n'avait pas choisi la bonne voie pour atteindre le bonheur, mais après tout, elle était profondément humaine, et elle ne pouvait pas lui en vouloir de tenter désespérément de réaliser leur rêve... Mais elle était vraiment trop monstrueuse. Et il fallait bien qu'elle meure, tôt ou tard.
[fin du flash-back]
Léa laissa une larme couler sur sa joue. Puis, elle coucha sa s½ur par terre, lui ferma les yeux et se tourna finalement vers les deux intrus. Elle pointa son arme vers eux.
<<-Est ce que vous voulez mourir ? Leur demanda-t-elle d'un ton neutre.>>
Ils restèrent un instant dans le plus profond silence.
<<-Non... Finit par répondre Kyoya dans un souffle, presque machinalement.
-Tant pis pour vous. Répondit aussitôt la jeune fille. Vous savez, quand on a vécu quelque chose d'aussi horrible que le jeu de l'Enfer, que ce soit en tant qu'organisatrices ou que participants, parfois, il vaut mieux choisir la mort... Sinon, ces atrocités vont vous détruire à petit feu, et la vie deviendra trop difficile à supporter. Je ne vous le souhaite pas, mais cela risque de vous arriver. Et à ce moment là, vous regretterez...>>
Elle parlait très calmement, d'un ton neutre, dépourvu de sentiments. Elle s'efforçait de paraître forte, mais elle tremblait de tout ses membres. Sa peur se lisait sur son visage. Mais de quoi était elle si effrayée ? D'avoir vu ses s½urs mourir ? Mais c'était elle qui les avait tuées, et puis elle avait vécu pire. Qu'on la livre à la police ? Malgré tout ses crimes, elle était avant tout mineure, donc elle n'irait pas en prison, dans le pire des cas en maison de redressement, et pas pour bien longtemps... Mais alors, qu'est ce qui pouvait lui procurer une telle frayeur ? Quoi ? Rien ! À part... La mort. Sa mort. Elle appuya le pistolet contre sa propre tempe, et ferma les yeux. Une goutte de sueur perla sur son front, coula et s'écrasa au sol. Kyoya et Nile étaient comme pétrifiés par la scène qui se déroulait sous leurs yeux. Un troisième coup de feu retentit. Léa s'effondra, presque sans bruit. Pendant quelques minutes qui semblèrent durer des heures, rien ne se passa. L'atmosphère sombre et oppressante, l'atmosphère de mort qui régnait dans la pièce empêchait les deux intrus de bouger. Ils avaient eu la malchance de se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment... Soudain, Nile prit son courage à deux mains et jeta un coup d'½il sur les écrans installés au fond de la pièce. Ils étaient directement reliés à des caméras qu'il n'avait pas remarqué, et qui servaient à surveiller chaque millimètre du jeu de l'Enfer. Il découvrit avec horreur les images des corps des autres participants, plus ou moins couverts de sang.
<<-Kyo-Kyoya... Nous sommes les seuls survivants... Réussit il à articuler.>>
La réalité les frappa d'un seul coup. Ils étaient en vie ! Oui, ils avaient réussi à se sortir vivants du jeu de l'Enfer, mais à quel prix... Ils sortirent du grand bâtiment, et furent aussitôt recueillis par la police, qui les garda longtemps pour les interroger. Au final, l'affaire fut classée sans problèmes, bien que cela ressemble plus à un échec qu'à une réussite. Ils n'avaient pas triomphé des triplées Rosso. Ils n'avaient servi à rien, et des innocents étaient morts à cause de leur faiblesse. C'est ce que chacun se dit, mais ils oublièrent bien vite tout ça. Au final, tout était rentré dans l'ordre. Et pourtant, plus rien ne serait comme avant pour deux certaines personnes...
 
 
PDV Kyoya Tategami :
J'ai revu Nile aujourd'hui. Ça m'a fait un choc. Ça a beau faire deux ans, les souvenirs du jeu me tous réapparus. La peur que j'ai éprouvé face au loups, celle de tirer, le dégoût que j'ai ressenti en voyant les cadavres, l'effroi qui s'est emparé de moi quand Léa à pointé son arme sur moi, et surtout, ses dernières paroles... Ces dernières phrases... Après tout... J'ai vraiment changé depuis. Je me suis encore plus renfermé sur moi même, et je ne fais confiance en personne. Et surtout, je me sens coupable... Si je n'étais pas venu, peut être que les choses se seraient passées autrement ? Peut être qu'elles auraient annulé leur jeu ? J'essaie de me rassurer en me disant qu'elles aurait probablement choisi quelqu'un d'autre au hasard et que ça aurait sûrement été encore pire, mais ça ne me réconforte pas totalement... Quand à Nile, il était dans un état pire que le mien. Il sursautait à chaque son, à chaque mouvement, on aurait dit qu'il croyait perpétuellement que quelque chose ou quelqu'un allait lui sauter dessus pour le tuer. Vu sa crainte constante, ça m'a étonné qu'il sorte de chez lui. On s'est à peine échangé trois mots, il m'a simplement demandé de mes nouvelles. C'est étrange, à quel point le seul fait de me remémorer mon passé me marque autant... Maintenant, je ne suis plus sûr de rien. Je me dirige machinalement vers le tiroir où est rangé le pistolet d'Ariane. Je ne sais même pas comment j'ai réussi à convaincre la police de me le confier, ni pourquoi j'y tenait tant. Toujours est il que je l'ai en ma possession, et que lui aussi, il me fait douter... Je l'appuie contre ma tempe, et regarde mon reflet dans le miroir. Cette vision m'effraie, et je range aussitôt l'arme. Mais pourtant, mon incertitude demeure encore... Après tout, peut être que c'était Léa qui avait raison ?
 
 
 

Et voilà, c'est la fin. Je déprime. C'était une de mes fictions préférées, et elle est finie... Enfin, je savais depuis le début qu'elle serait très courte, mais quand même... Je déprime. Et vous devez être en train de vous dire "mais elle est c**** ou quoi ? si elle voulait pas que ça se finisse, pourquoi elle a pas continué ?" bah parce que j'avais plus grand chose à mettre... Tout le monde sauf Kyo-chan et Nilou sont morts, et j'allais pas vous décrire les vies actuelles des survivants pendant vingt-cinq chapitres non plus... Et dernière petite chose (oui je suis saoulante), je tiens à remercier ktn-love (d'ailleurs je vois pas trop à quoi ça sert de la remercier ici qu'il y a qu'elle qui lit ça... enfin bref), sans qui cette fiction n'aurait pas existé ! (Enfin, si, mais juste le chapitre 1...) Et dernière des dernières choses... THE END !!!!!!!!!!!

Tags : Fiction - Le jeu de l'Enfer - Chapitre 5