Kyoya-Beyblade
Profile

Blog de Kyoya-Beyblade

Bonjour/bonsoir/bonne nuit/bonne après-midi/bo...

    En vrai Star Wars 8 c'est bien... À part le fait que Kylo Ren (mon babbuuh) ne soit pas devenu gentil et/ou Rey méchante. Ça, ça fait chier. (Yesterday at 5:10 PM)

  • 3190 visits
  • 156 articles
  • 2276 hearts
  • 3265 comments

Ô Gingka, si tu savais... 12/09/2017

Si tu savais à quel point je te méprise... Je te trouve complètement stupide, avec ton sourire idiot et ton manque abyssal de culture générale. Et pourtant... Je te jalouse tellement... Car tout le monde, tout le monde t'aime. Sauf moi. Et moi... Moi, on me hait, on est révulsé par moi, on m'insulte ou on m'ignore. Certes, je ne fais pas beaucoup d'efforts pour être appréciable. Mais... Toi non plus, et pourtant tu l'es. Et j'aimerais juste tant que l'on m'apprécie pour ce que je suis... Mais c'est impossible, apparemment.
Si tu savais... Même moi, je me déteste. Je me dégoûte. Je me répugne. Je suis pathétique, pitoyable, et j'en ai conscience. Aujourd'hui, je faisais quelque chose tout en écoutant une chanson que j'avais mise en arrière-plan pour me distraire. Elle était joyeuse, faite pour motiver les autres... Et pourtant, lorsque le chanteur s'est exclamé "You are not alone", cela m'a fait affreusement mal. Car cela m'a rappelé le contraire. Le fait qu'il n'y avait personne, personne autour de moi, personne pour me comprendre, personne pour m'aimer, personne même pour me supporter. J'ai eu envie de pleurer, réellement. Et j'ai retenu mes larmes, en me disant "Quoi ? Tu es faible au point de te briser à cause de cela, à cause d'une pauvre phrase ?", et en me provoquant de ce genre de façon tout en sachant désespérément que c'était la vérité. Je suis faible au point de me briser à cause d'une pauvre phrase. Je suis minable. Tout le monde me le dit et me le répète. Et tout le monde a raison. Je suis minable, et c'est en grande partie à cause d'eux. Mon c½ur ne serait pas si fragile, si eux, leur haine et leur mépris ne l'avaient pas piétiné.
Si tu savais à quel point j'ai eu envie de me jeter par ma fenêtre ouverte, à ce moment-là... "You are not alone, you are not alone"... Et si je le suis ? Et si je suis dans ma petite chambre bien rangée, avec rien d'autre que mes affaires et mes pensées ? Et si personne ne m'attend dehors ? Et si je veux mourir ?
Si tu savais comme je t'envie... Tu peux sourire, toi. Tu as toujours pu. Tu as un père aimant, des amis fidèles, des centaines, des milliers, des millions d'admirateurs... Tu es sans doute mon exact opposé. Mais les opposés ont bien souvent de nombreux points communs. Or, nous n'en avons pas un seul. Je vais donc recommencer : tu es tout ce que je déteste, tout ce que je méprise, tout ce qui me dégoûte, et tout ce que je voudrais être. Tu es la lumière qui brille sans se soucier de rien, et tu ne pourras jamais comprendre un être des ténèbres comme moi.
Si tu savais... Ce qu'est la tristesse, ce qu'est la souffrance, ce qu'est la jalousie, ce qu'est l'envie de tout abandonner car on ne pourra jamais briller quoi que l'on fasse...
Si tu savais, Gingka... Ce que c'est d'être moi. Mais tu ne le sauras jamais... Car nous ne sommes pas du même monde.



Je crois que je suis devenue fana des OS ambigus à significations multiples... '^' xD
J'aime tellement ça que j'ai fait exprès d'éviter de préciser si c'était un mec ou une fille qui parlait... Je suis une sadique je sais x)))
Bon allez, cette fois je vous mettrais pas au défi de deviner de qui c'est le point de vue... Il y a bien trop de double-meanings pour cela ^^'

Tags : Ô Gingka; si tu savais...

Admiration 07/10/2017

Hatsu ne pouvait s'empêcher d'admirer ces personnes, qu'elle voyait sans arrêt à la télévision. Ils avaient pour la plupart participé au plus grand championnat du Japon, et certains à celui du monde, sans même compter le fait qu'ils avaient sauvé ce dernier...
Elle admirait Gingka pour son éternel optimisme.
Elle admirait Kyoya pour sa détermination.
Elle admirait Tsubasa pour son intelligence.
Elle admirait Yu pour ses talents.
Elle admirait Kenta pour sa persévérance.
Elle admirait Hikaru pour sa force.
Elle admirait Hyoma pour sa stratégie.
Elle admirait Benkei pour sa fidélité.
Elle admirait Masamune pour son esprit combattif infaillible.
Elle admirait Ryuga pour son manque complet d'attaches, rendant la souffrance de la perte et de la trahison impossible.
Enfin, elle rêvait de les rencontrer, ou tout au moins l'un d'entre eux... Mais ils étaient des étoiles, brillantes mais inaccessibles, tandis qu'elle n'était qu'une pauvre humaine, qui tentait désespérément de les atteindre en levant les bras vers le ciel.
La vérité, c'était qu'elle n'aurait jamais le niveau pour seulement oser se présenter devant l'un d'entre eux.
Ce n'était pas qu'elle ne le voulait pas, elle brûlait, elle mourait d'envie de les croiser, mais elle ne s'en jugeait simplement pas digne. Elle était faible. Si seulement elle avait été, ne serait-ce que plutôt puissante... Si seulement elle avait eu une chance de tenir plus de cinq minutes contre l'un d'entre eux. Mais non. Elle en était incapable, et elle le savait. Ce n'était pas faute de s'entraîner, pourtant... Elle ne parvenait à faire preuve d'aucune des valeurs qu'ils représentaient à ses yeux. C'était bien pour cela qu'elle les admirait, après tout. Car elle ne serait jamais, Ô grand jamais à leur hauteur. Ils jouaient dans la cour des grands, tandis qu'elle se battait avec des primaires. Et elle perdait... Elle ne parut même pas surprise lorsque sa toupie tomba faiblement à ses pieds, que les points affichés par son compteur descendirent, et que ceux de son adversaire augmentèrent. Elle était pathétique... Elle reprit sa Dark Virgo, et sortit du BeyPark, avant de se diriger vers son appartement. Elle avait assez été humiliée pour aujourd'hui... Même si, après tout, la défaite avait perdu son goût amer, et elle ne ressentait plus rien. Gagner était son rêve, et perdre son destin.
Néanmoins... La rencontre qu'elle fit à ce moment-là faisait elle aussi partie intégrale de son destin. Elle se figea en voyant cette silhouette effilée et mouvante, qui semblait presque effectuer une danse hypnotique devant elle. Elle écarquilla les yeux, sortie brusquement de sa transe déprimée. Elle le connaissait. Le seul qu'elle avait vu à la télévision, et qu'elle avait méprisé. Le seul chez qui elle n'avait vu aucune qualité. Reiji Mizuchi. Il ne parut pas la remarquer, au début. Ou peut-être ne faisait-il que prétendre de ne pas l'avoir vue.
Soudain, il se tourna vers elle, et prononça des mots qui furent complètement recouverts par les battements de son c½ur.
Ba-thump.
Il sourit.
Ba-thump.
Il brandit son lanceur, armé.
Ba-thump.
Elle l'imita.
Ba-thump. Ba-thump. Ba-thump.
<<-Hyper vitesse !!! Retentit comme un murmure effacé.>>
Leurs toupies se mirent à tourner sur le sol incertain.
Ba-thump.
Elle avait perdu.
Il eut l'air aussi heureux d'avoir gagné qu'il ne l'aurait été de découvrir un cadavre dans sa chambre. Il ne prit même pas la peine de fissurer sa Virgo.
Elle ne valait même pas la peine qu'il l'écrase. Il commença à s'en aller, probablement pour chercher un adversaire qu'il pourrait prendre du plaisir à démolir.
Elle resta sans voix. Elle avait été vaincue si facilement par quelqu'un qu'elle méprisait. Elle put enfin constater la distance abyssale qu'il y avait entre elle et ses héros. Elle était aussi proche d'eux qu'ils ne l'étaient d'un enfant de cinq ans paraplégique et sans talent.
Et, justement parce qu'il ne l'avait pas détruite, quelque chose se brisa en elle. Et elle cessa de tous les admirer. À quoi bon ? C'était une insulte à leur égard de seulement penser à eux alors qu'elle était si minable...
Et elle l'admira. Pourquoi ? Simplement parce qu'elle l'avait méprisé, et qu'elle savait bien qu'elle n'était pas la seule. Elle était certainement l'unique âme à faire quelque chose de si étrange. Tous les autres le haïssaient et l'abhorraient.
Elle se lança à sa poursuite. Et quand il vit cette flamme danser dans ses yeux, il sut qu'elle avait changé. Comment, pourquoi, il n'en avait aucune idée. Mais elle avait perdu cette indolence, cette indifférence qu'elle arborait à peine deux minutes auparavant, et elle avait été remplacée par une volonté à toute épreuve.
<<-Enseigne-moi.
-Quoi donc ?
-Comment tu fais pour supporter la haine, le mépris et la solitude. Comment tu fais pour supporter de te regarder dans un miroir chaque matin, et de découvrir que c'est toujours toi.>>
Il rit, mais cela n'avait rien à voir avec son rire sadique et fou habituel.
<<-C'est impossible.
-Dans ce cas, comment fait-tu pour être là, devant moi, à l'heure ou je te parles ?
-J'ai dit que c'était impossible de le supporter. Pas d'oublier. Cela, c'est simple... Tant que l'on reste occupé.
-N'en as-tu pas assez de tes "occupations" ?
-Ça ne te concerne pas...
-Je prend cette réponse pour un oui. Tu aurais été trop heureux que ce soit un non pour le cacher. Mais, si c'est l'unique moyen de l'effacer... Ne vaut-il mieux pas prévenir que guérir ?
-Et de quelle manière ?
-Comment se battre contre la solitude ?>>
Il comprit.
<<-N'y pense même pas. Je ne sais pas ce qui t'es passé par la tête, mais nous ne sommes pas... Pareils.
-Je crois sincèrement que si, et que nos deux âmes sont suffisamment semblables, subissent une peine assez similaire, pour entrer en résonance.>>
Elle plaça une main sur sa propre poitrine, puis l'autre sur la sienne, et elle put le sentir.
Ba-thump.
Leurs c½urs battaient à l'unisson. Il ne la repoussa ni ne l'arrêta pas, semblant s'en rendre également compte.
Et elle l'admira, pour toutes ses ressemblances avec la minable pathétique et pitoyable qu'elle était.






... Ce moment où tu retrouves un OS bizarre dans tes articles hors ligne et où tu décide de le poster quand même parce que ça fait bien trop longtemps que tu n'as rien publié.

Tags : Admiration

/!\ Attention /!\ 22/10/2017

ATTENTION
Ne le supprimez pas !
Skyrock !
Faire suivre !



Je ne veux pas qu'on supprime mon blog !! Attention je te conseille de mettre ça sur ton blog, car en ce moment Skyblog et Skyrock sont en maintenance et ils vireront tous ceux qui on pas mis ce message ci-dessous sur leurs blogs.


Saturation : Depuis quelques mois des utilisateurs créent des blogs pour y mettre des images blanches afin de saturer le système. Dans le but de vous offrir le meilleur service possible nous vous demandons de copier et de mettre cet article dans votre blog (sous forme de nouvel article et sans image) pour faire passer ce message et de s'assurer que votre Skyblog est encore en activité. Ne changez aucun mot de l'article sinon le service ne pourra pas le détecter.


ATTENTION : Tout Skyblog ne contenant pas cette article sera supprimé pour alléger le système. Merci de votre compréhension.

Remix de COMMUNE-FAMILLE-OTAKU

Remix from XMikanloveNatsumeX

Le retour 31/10/2017

<<-Qu'est-ce qu'on fait ce soir, pour fêter Halloween ? Demanda Mérélie avec une pointe d'ennui.
-Allons dans une maison hantée !!! S'exclama Carla, surexcitée.
-Qu-quoi ?! Mais ça fait peur ! Gémit Eliott, son petit frère.
-N'importe quoi. Les fantômes, c'est la vie !
-Plutôt la mort... Sourit Mérélie.
-Très drôle...
-Quoi qu'il en soit, il est hors de question de traîner ma pauvre Angélique dans un lieu aussi dangereux !>>
L'intéressée rougit fortement, avant de tenter de démentir sa meilleure amie et cousine adoptive.
<<-R-Rose, je... Je peux faire un effort ! Je n'ai pas besoin d'être protégée... Je ne suis pas du tout effrayée !
-En effet. Tu es pétrifiée.
-Mais...
-En tout cas, bon ou mauvais, je vous signale qu'il n'y a aucun bâtiment abandonné dans cette ville, alors, un bâtiment hanté... Bon courage pour en trouver un. Fit remarquer Mérélie.
-Pfff... Keiri est vraiment un endroit tout pourri...
-Parce que tu préférerais vivre dans un film d'horreur, Carla ? Fit Rose, légèrement sarcastiquement.
-Tellement ! Ça serait trop cool !!!
-Mourir, c'est trop bien ! S'exclama Mérélie avec un large sourire et les yeux écarquillés au possible. Non, sérieux, tu dis ça mais je suis sûre que tu tiendrais pas deux minutes face à un vrai monstre...
-Pfff, qu'est-ce que t'en sais ?
-T'as déjà peur quand tu dois aller chez le médecin...
-Les docteurs ont des piqûres ! C'est normal d'avoir peur !
-Tout comme il est normal d'avoir peur lorsqu'on se retrouve face à une créature qui pourrait t'assassiner en moins de deux. Arrête de faire ta maligne parce que tu as regardé l'intégralité des Paranormal Activity sans flipper alors que t'as treize ans...
-Tu veux qu'on règle ça au Beyblade ?!
-Non merci, tout le monde sait que je suis bien plus forte que toi... Et ce, même si t'as hérité de la toupie de ton cher papa-le-champion-et-triple-sauveur-du-monde... C'est pas la toupie qui compte dans un combat, c'est le blader, et c'est pour ça que tu ne me battras jamais !
-On parie ?!>>
Carla, énervée, se leva d'un bond. Mérélie l'imita, et Rose se mit également debout.
<<-Calmez-vous ! Vous n'allez pas vous disputer pour ce genre de choses !
-Shut up, Larisla. Dit tranquillement Mérélie en faisant la moue.
-Laquelle ?
-Les deux.>>
À ces mots, elle se rassit sur la pelouse, et les deux autres firent de même.
<<-Et donc... On fait quoi ?
-On ne pourrait pas simplement s'enfermer dans une pièce, éteindre toutes les lumières, faire du popcorn et des hamburgers et regarder des films d'horreur ?
-Tu fais déjà ça un dimanche sur deux, Carla...
-On ne pourrait pas simplement faire la tournée des bonbons, et ne pas faire de choses effrayantes ? Proposa Angélique, de toute évidence terrorisée.
-J'ai déjà essayé l'année dernière, et je n'ai quasiment rien reçu... On vit dans un pays qui ne fête pas assez Halloween, et en plus les voisins sont radins... Soupira Mérélie.
-Tu en es sûre ? Demanda Clara, étonnée. Ma mère m'a dit qu'à Halloween, quand elle avait notre âge, elle se déguisait toujours et qu'elle récoltait plein de sucreries...
-Peut-être, mais maintenant, ça a changé.
-Génial... En attendant, on ne sait toujours pas ce qu'on va faire et le temps file... On peut se raconter des histoires d'horreur ! Je commence !>>
À cette simple phrase fit écho une grande vague de protestations.
<<-Tu nous les as toutes déjà racontées cent fois, tes histoires d'horreur !
-Celle de la petite fille, du chien et de l'assassin ?
-Déjà racontée.
-Celle du tueur au crochet ?
-Déjà racontée.
-Celle de la baby-sitter hippie ?
-Déjà racontée. En plus elle était nulle.
-Celle de la poupée meurtrière ?
-Déjà racontée un milliard de fois au moins.
-Pffft. Vous êtes vraiment pas marrants...
-Et toi tu radotes... On dirait une mémé !
-Haha, très drôle... J'en pleure de rire.
-Bon, c'est pas tout ça mais il commence à être tard, et il faut que je sois rentrée chez moi avant le dîner... Alors si on ne trouve pas dans les dix prochaines minutes, moi j'abandonne.
-Attendez, j'ai une idée ! Je connais quelqu'un, un ancien ami de mon père, qui a toujours des tas d'histoires à raconter sur tout... Je suis sûre qu'il connaît des histoires d'horreurs !
-Cela ne va pas le déranger ?
-Non, il vit tout seul, et il m'a dit que je pouvais venir le voir quand je le voulais, peu importe l'heure...
-Ça fait pas un peu pédophile ça ?
-Au début il me faisait un peu peur, surtout parce qu'il disait qu'il connaissait mon père alors qu'on ne m'avait jamais parlé de lui auparavant, mais pour me prouver qu'il ne mentait pas, il m'a raconté des histoires sur l'enfance de mon père, beaucoup que j'avais déjà entendues et quelques-unes que j'ignorais, et à moins que ce ne soit le plus grand stalker de l'histoire de l'humanité, il ne peut que dire la vérité... Et puis, ça fait trois ans que je l'ai rencontré, alors s'il était dangereux, je ne serais déjà plus là pour vous en parler.
-Je le sens moyen, cette histoire... Surtout que ton père a tellement d'amis que ça ne m'étonnerait même pas que l'un d'entre eux soit un meurtrier... Mais c'est vrai que les autres options sont tellement pourries ou surfaites... Bon, on peut toujours essayer d'aller le voir. On est nombreux, après tout, on peut se défendre. Dans le pire des cas, il nous dira de dégager...>>
Les cinq adolescents étaient en train de se lever quand une voix féminine se fit entendre.
<<-Je peux venir avec vous ?>>
Ils sursautèrent, et se tournèrent d'un mouvement commun dans la direction d'où le son était provenu, seulement pour découvrir une fille de leur âge aux cheveux violets, la tête dépassant légèrement la palissade, se tenant probablement sur un objet quelconque.
<<-Ça va pas d'écouter les conversations des autres, Mizuchi ?!
-Appelle-moi Violette. Si tu m'appelle par mon nom, on risque de me confondre avec mon frère, ou avec un autre membre de ma famille.
-C'est pas le problème ! Ça t'arrive souvent d'espionner les gens comme ça ?!
-À quoi bon avoir des voisins si on ne peut même pas s'enquérir de temps en temps de ce qui se passe chez eux ? Et puis, ce n'est pas comme si vous parliez de choses top-secrètes... Vous n'êtes pas des agents doubles, si ?
-Même si on l'était, on ne te le dirait pas. Fit Mérélie en souriant presque imperceptiblement.
-Et donc, je peux venir avec vous ?>>
Les cinq adolescents se regardèrent entre eux, puis parlèrent à voix basse.
<<-Les gens, on la laisse nous accompagner ou pas ?
-Je sais pas... Elle est bizarre quand même. Elle passe tout son temps avec son frère au collège, et elle ne parle jamais aux autres...
-Oui, mais en même temps, personne ne lui parle jamais pendant plus de dix minutes... Elle est peut-être simplement timide. Et ce serait justement l'occasion de devenir amis avec elle.
-Tu veux qu'on devienne amis avec elle ?! Mais t'as pas entendu les rumeurs sur ses parents ?!
-Carla, t'as dit toi-même que tu aurais aimé vivre dans un film d'horreur. Dans le pire des cas elle est vraiment tarée, et tu auras ce que tu as demandé, et dans le meilleur des cas on va pouvoir ajouter une personne à notre groupe.
-Ça va détruire notre réputation, si on apprend qu'on traîne avec elle...
-Et alors ? La seule différence entre être populaire et impopulaire, c'est que quand on est populaire, on parle de nous dans notre dos, alors que quand on est impopulaire, on nous insulte en face... Et de toute façon, vu la célébrité de ton père et tout l'argent que tu as, tu seras toujours populaire quoi qu'il arrive, t'inquiète pas...
-Avoue que tu dis ça parce que ta mère à toi a la réputation d'être folle aussi...
-Elle est pas folle ! Juste... Bizarre. Mais je t'interdis de parler de ma mère comme ça ! La tienne est encore une gamine dans sa tête alors qu'elle a... Quel âge elle a ? Bref, alors qu'elle a deux enfants !
-La tienne aussi...
-Arrêtez de vous disputer ! On doit prendre une décision !
-Très bien !>>
Mérélie se tourna à nouveau vers Violette, et prit la parole à voix haute.
<<-Tu peux venir avec nous, c'est bon !
-Je te préviens, si on se fait massacrer, c'est de ta faute... Murmura Carla entre ses dents.
-Tu exagère. Répliqua Mérélie sur le même ton.
-On verra bien...>>
Sans plus attendre et ayant déjà perdu bien trop de temps à leur goût, ils commencèrent à marcher. Néanmoins, ils furent arrêtés dès qu'ils sortirent du jardin et atteignirent le devant de la maison, par le père d'Angélique, qui leur demanda où ils allaient.
<<-Pas loin... Juste... Voir quelqu'un, papa... Bredouilla-t-elle en rougissant, comme à chaque fois qu'elle parlait.
-Tu feras bien attention, n'est-ce pas ?
-Ou-oui...
-Tu rentres vite, d'accord ? Au moins avant dix-sept heures trente...
-Oui, papa...
-Tu es bien couverte ? Tu ne vas pas prendre froid ?
-N... Non...
-Tu en sûre ?
-Oui, ne t'inquiète pas ! À plus tard !>>
Elle commença à partir très vite, rouge comme une tomate.
<<-Au revoir monsieur Tategami ! Firent ses amis, en se retenant plus ou moins de rire.
-Au revoir... Rose, je compte sur toi pour veiller sur Angélique !
-Je le ferais !>>
Puis, ils suivirent la jeune fille aux cheveux mauves. Aussitôt, sa cousine adoptive au chignon rouge vif reprit la tête du groupe, étant la seule qui connaissait l'emplacement de leur destination. Ils ne mirent pas longtemps avant d'arriver devant une petite maison, au jardin mal entretenu et rempli de mauvaises herbes.
<<-Carla... Tu es sûre que c'est là ?
-Certaine !
-Vraiment, ce n'est pas une de tes mauvaises blagues ? Parce que je commence à avoir envie de revenir sur mon affirmation qu'il n'y a aucune maison abandonnée dans cette ville...
-D'accord, le jardin est douteux. Mais à l'intérieur, c'est parfaitement en ordre et sans un grain de poussière !
-Très bien... Mais... Je te préviens, si on se fait massacrer, c'est de ta faute...
-Ça, ça dépendra par qui, ma chère...
-Si tu veux.>>
Carla fit quelques pas en direction de la porte. Mérélie haussa les épaules, et commença à la suivre.
<<-A-attendez ! Gémit Eliott. On va vraiment le faire ?
-Oui.
-Mais... Ça a l'air dangereux...
-Ça ne l'est pas ! Est-ce que tu crois que papa a reculé face à Doji, à Ziggurat ou à Némésis, parce que "ça avait l'air dangereux" ?! Non, sinon tu ne serais pas là pour en témoigner ! Alors maintenant grandis un peu, espèce de poule mouillée !>>
Eliott baissa les yeux.
<<-D'accord, grande s½ur...>>
Angélique le regarda avec pitié, tandis que Mérélie fixait Carla avec un air sarcastique et que Violette haussait un sourcil. Ah, les relations entre frères et s½urs... Sans plus attendre, ils atteignirent tous le pas de la porte, et Carla y toqua. Un homme, apparemment aux alentours d'une trentaine d'année, ouvrit.
<<-Carla-chan, quelle joie de te voir ! Tu as ramené des amis ?
-Oui... On ne sait pas quoi faire pour Halloween, et j'ai pensé que tu devais connaître des histoires d'horreur...
-Uh ? On est déjà à Halloween ?
-Oui, tu n'as pas vu les décorations ?
-Je t'ai déjà dit que je ne sortais pas beaucoup de chez moi... Et je suis un grand distrait, que veux-tu ? Quoi qu'il en soit, pour répondre à ta question... Je n'en connais pas énormément... Mais j'en ai tout de même une. Et ce qui fait son charme, c'est que contrairement à beaucoup d'autres, elle est vraie...
-Vraiment ?! Génial ! On peut l'entendre ?!
-Bien sûr... Mais elle est trop longue pour être racontée sur le pas d'une porte... Entrez donc, je vous ferais du thé à la pomme.>>
Les six adolescents obéirent, et s'installèrent dans son salon, tandis qu'il partait préparer le thé promis. Il revint bientôt avec, et donna à chacun une tasse. Carla, Eliott et Angélique en burent sans aucune arrière-pensée, mais Rose prétendit qu'elle n'aimait pas cela, Mérélie fit seulement semblant d'en prendre et Violette n'y toucha pas. Simple précaution, après tout, on ne savait jamais ce qui pouvait se retrouver dans une boisson offerte par un inconnu... Qu'il parusse amical ou non n'avait aucune importance. Ledit inconnu prit la parole.
<<-C'était il y a une douzaine d'années, dans une ville en apparence paisible appelée Keiri. C'était là qu'habitaient des légendes d'autrefois, qui avaient sauvé le monde de Némésis et d'un funeste destin... Parmi elles, se trouvaient notamment Gingka Hagane, Kyoya Tategami et Kenta Yumiya, ainsi que plusieurs de leurs vieux amis, comme Madoka Amano, Hyoma Lime et Tsubasa Otori. Ce jour-là, ils étaient tous réunis pour parler du bon vieux temps. En effet, à l'exception de Kenta et de Madoka puisqu'elle n'y avait jamais réellement joué, ils avaient tous décroché le Beyblade, et ne touchaient plus à leurs toupies que lorsque la situation le rendait impérativement nécessaire. La plupart d'entre eux avaient maintenant un enfant en bas âge, un travail... Ils ne pouvaient plus se permettre de partir en vadrouille aux quatre coins du monde comme ils le faisaient auparavant. En fait, ils ne discutaient même presque plus ensemble. Ils n'avaient pas le temps, pas les mêmes horaires, parfois pas même l'envie. La vie d'adulte avait rattrapé les cinq plus âgés. Gingka, avant toujours joyeux et un peu immature, avait mûri et perdu une grande partie de la détermination et de la persévérance qu'il avait avant. Kyoya s'était adouci, ou plutôt, avait cessé de faire semblant de ne pas l'être. Madoka était celle qui avait le moins changé parmi les presque trentenaires, ayant toujours été assez sérieuse, mais une chose avait tout de même changé, et ses colères légendaires s'étaient faites plus que rare. Hyoma, lui, avait enfin quitté le village de Koma et était devenu moins loufoque et plus tempéré. Tsubasa, quant à lui, avait gagné en douceur, et était sur la bonne voie pour devenir président de l'AMBB. Enfin, Kenta était le seul qui n'avait pas réellement changé, du moins, pas à ce point... Du haut de ses vingt-deux ans, il avait pris la place du Gingka d'autrefois dans le c½ur des jeunes, même s'il ne lui arrivait pas à la cheville. Et il ne comprenait tout simplement pas comment ni pourquoi ses amis avaient tant changé...  Il était trop jeune pour cela. Et il se sentait bien souvent seul... Lui avait du temps à consacrer à ses amis, mais ce n'était pas réciproque. Il se sentait, une fois de plus, à la traîne. Il aurait dû comprendre, en ce temps-là, que c'était normal puisqu'il n'avait pas le même âge que ses amis... Mais après tout, même Yu était devenu plus mature. Tous avaient grandi, sauf lui. Physiquement, il avait changé, certes... Mais le physique n'était rien. Enfin, bref... Ce soir-là, c'était différent. Ils étaient réunis, et c'était pour le mieux. Ils parlèrent du bon vieux temps, de leurs nouvelles vies, de la nouvelle génération de bladers qui se profilait, de l'avenir qui les attendait, eux et le reste du monde... Puis, ils débattirent à propos de sujets plus adultes, de la politique, de l'écologie, de l'économie... Des choses qui ne vous intéressent pas, je le lis sur vos visage, et qui, à vrai dire, n'intéressaient pas non plus ni Kenta, ni Hyoma, ni Madoka... Cette conversation grava, aux yeux du plus jeune, ce qu'il savait déjà depuis bien trop longtemps sur la pierre de la vérité : le temps avait changé tous ses amis, et ils ne redeviendraient jamais, jamais comme avant. Il en fut presque aussi triste et amer que lorsqu'il s'en était rendu compte pour la première fois. Ils ne s'amusèrent pas réellement, mais ils parvinrent tout de même à faire durer une conversation ennuyeuse comme la pluie pendant quatre heures, apéritif et dîner compris. Combler le vide avec du vide, un exploit que seul des adultes peuvent réaliser... Ils n'écoutèrent donc pas la radio et ne regardèrent pas la télévision, ce soir-là. Par conséquent, ils ne surent pas qu'un psychopathe tristement célèbre venait de s'enfuir de prison... Peu à peu, ils s'en allèrent. Kyoya, puis Gingka, Madoka, Tsubasa... Enfin, il ne resta plus que Kenta et Hyoma, étant donné qu'ils étaient colocataires, à cette époque. Hyoma... Se rendit à la cuisine avec les couverts sales. Il n'eut pas besoin d'allumer la lumière, car la pièce était déjà baignée dans une lueur jaune émanant du lampadaire juste en face, dans la rue, et passant par la porte-fenêtre à l'autre bout de la cuisine. Il ouvrit le lave-vaisselle, et commença à y ranger les assiettes. Et alors... L'évadé brisa, à l'aide d'un couteau, la vitre de la porte-fenêtre. Hyoma se retourna, et fit tomber les verres qu'il tenait, qui se fracassèrent en mille morceaux. L'homme avait souri, et en quelques secondes à peine, avait fondu sur lui et lui avait tranché la carotide. Il n'avait eu que le temps de hurler, avant de s'écrouler sur le sol et de commencer à se vider de son sang. Kenta arriva en courant, mais il s'arrêta en voyant la scène. Il resta une seconde figé sur place, incapable de réagir. Puis, il prit ses jambes à son cou, et, en larmes, se réfugia chez les voisins. Ils appelèrent la police, mais lorsqu'elle arriva, c'était trop tard. Le tueur s'était enfui, et Hyoma était mort. Kenta s'en voulut au point de ne plus pouvoir supporter de rester dans la maison. Il la quitta, car il croyait qu'elle le rendait fou... Il ne comprenait pas que, s'il voyait et entendait Hyoma à chaque fois qu'il s'y trouvait, ce n'était pas parce qu'il était victime d'hallucinations dues à la culpabilité qu'il ressentait... Mais bien parce que, même si son corps avait été enterré ailleurs, son esprit était toujours là, et qu'il y resterait jusqu'à ce que son meurtrier soit retrouvé et puni.>>
Mérélie allait se plaindre que cela ne faisait pas peur, mais Carla la devança et prit la parole avant elle.
<<-Menteur, menteur ! Rit-elle. Tu avais dit que cette histoire était vraie, et elle ne l'est même pas !
-Mais enfin, Carla... Tu sais bien que je ne mens jamais.>>
La jeune fille pâlit légèrement.
<<-C'est nul, comme blague !
-Ce n'est pas une blague.>>
Elle recula de quelques pas, presque machinalement.
<<-Ce... Ce n'est pas drôle... Hyoma !>>
 
 
 
 
 
Je crois que c'est la première fois que j'utilise l'imparfait du subjonctif -à part pendant un cours de français sur l'imparfait du subjonctif- de toute ma vie... '^'
À part ça, est-ce que vous avez compris qui sont les enfants de qui ? (C'est quand même extrêmement simple vu que j'ai tout dit mais bon, on sait jamais...) Je précise simplement qu'ils ont tous pour parents un personnage de Beyblade et un de mes OCs, sauf Mérélie et Rose (la fille de Ludvina et de Victor alias Mask, qui sont donc deux OCs...).
Je ne sais pas si c'était surprenant, ou pas du tout... J'ai fait exprès de faire une looongue introduction (d'abord pour que vous compreniez un peu qui sont les personnages, mais aussi...) pour enlever l'atmosphère "horreur absolument horrible ouuuuuh ça fait peur" qui a plutôt tendance à tout casser parce qu'elle fait un peu "forcée" et je trouve qu'il est impossible d'avoir peur à l'écrit, mais qu'on peut être surpris, et donc je préfère faire des trucs plus surprenants que vraiment flippants pour Halloween... Mais ce coup-là, je suis pas sûre que j'ai réussi... Mais en tout cas, c'est pour ça aussi que j'ai choisi de faire une mise en abîme de l'histoire racontée, pour qu'on pense que ce soit ça le truc d'horreur et qu'on ne s'attende pas à ce qu'il y ait des problèmes aussi dans la "réalité des personnages" (je me comprend)... Mais je crois que ça a fait l'inverse en fait T-T
Aussi, j'ai fait exprès de me concentrer un peu plus sur Kenta lors de l'histoire pour qu'on croie que c'était lui qui racontait l'histoire... Parce que bon, le fait que ce soit Hyoma qui meure, c'était un peu évident quoi '^'
Hyoma : *pleure* Mais j'en ai maaaaaarre... C'est toujours sur moi que ça tombe...
Pour qu'il y ait le moins de mécontents possibles, il faut toujours taper sur les mêmes u-u
En plus, j'ai même mis un petit "easter egg" pour ceux qui me suivent sur Wattpad et qui ont lu mon OS "Qui a décapité le bébé"... (ce titre est génial je sais)
En gros, dans cet OS, qui se déroule en huis clos, Victoria Mizuchi -qui a deux ans-, s'est faite décapiter (d'où le titre, au cas où vous n'auriez pas compris), et les seuls qui peuvent avoir fait ça sont les membres de sa famille.
Mizuchi.
Vous voyez où je veux en venir.
Vu qu'elle ne s'est pas décapitée toute seule #logique, c'est forcément soit son père (Reiji, donc un ancien sadique), sa mère (Hatsu, donc une bipolaire), soit son grand-frère (Vincent ou Purple Guy de Five Night's at Freddy's, qui dedans, alors qu'il était adulte, a tué 5 enfants) ou sa grande s½ur (Violette, une de mes OCs dont c'était la toute première apparition).
Le principe, c'était justement qu'on avait trois personnes qu'on avait de bonnes raisons de suspecter de l'avoir tuée, et qu'en fait non, c'était Violette qui avait fait le coup ! (Puis qui a tué ses parents et embrassé son frère sur la bouche mais ça c'est des détails -3-)
Et donc, ça rajoutait une dimension à l'OS parce que comme ça, mes lectrices Wattpad savaient que si ça se trouvait, Violette allait tuer tout le monde.
Voilà voilà.
C'est génial ma vie.

Tags : One-shot spécial Halloween

Tag spécial... 12/11/2017

Bon, Camélia m'a dit, je cite "Tu aurais pas un tag ? Je m'ennuie..."... Et ça m'a rappelé que j'avais trouvé sur Internet (en même temps je vais pas trouver ça dans ma poubelle) un "tag" un peu spécial... En gros, c'est le tag des noms ! Je n'arriverais pas à l'expliquer, mais vous allez  bien voir ce que c'est avec mon exemple... -après je l'ai traduit de l'anglais alors c'est peut-être pas exact... et du coup j'ai mis les noms en anglais '^' sinon ça faisait m*rdique xD-

Ton véritable nom : Yuki (bon, pas vraiment mais on va dire ça)
Ton nom de gangster (les trois premières lettres de ton prénom + "izzle") : Yukizzle (xD)
Ton nom de détective (couleur préférée, animal préféré) : Black Cat
Ton nom de série télévisée (ton deuxième prénom et le nom de la rue où tu vis) : Marie Jasmin/Raffet (je vis au croisement '^')
Ton nom dans Star Wars (trois premières lettres de ton nom de famille, deux premières lettres de ton prénom) : Caryu... Ou Giryu x)) (les deux sont classes, mais pour un mec...)
Ton nom de super-héros (deuxième couleur préférée, boisson préférée) : White Pepsi (xDDD)
Ton nom de Témoins sous contrôle (les deuxièmes prénoms de tes parents) : Florence Olivier (xD)
Ton nom de gothique (Black, et le nom d'un de tes animaux de compagnie) : Black Pirate (bon ça fait pas gothique du tout mais j'avais la flemme de chercher plus approprié et puis c'est classe... xD)


Donc bon, je me suis amusée à le faire, et si tu veux le faire, Camélia, vas-y ! (pendant que j'essaie de te concocter un tag en bonne et due forme...)

Tags : Tag spécial - Tag numéro 18