Le jeu de l'Enfer : chapitre 5


PDV neutre :
Nile et Kyoya firent irruption dans la salle de contrôle. Ariane n'était pas là, occupée avec Ryuga. Mais elle avait laissé son pistolet à ses s½urs... Rachel se mit à hurler, elle avait peur de ces deux inconnus qui voulaient sûrement la tuer... Mais la balle ne vint pas du côté qu'elle attendait. Léa s'empara de l'arme, et lui tira dessus, à la seconde même où Ariane pénétrait dans la pièce. Son visage se décomposa.
<<-Léa ? Mais qu'est ce que tu... Fait ?>>
Aussitôt, sa triplée pointa le canon vers elle.
<<-Pardonne moi... Je ne voulait pas en arriver là, mais c'est le seul moyen. Nous sommes des monstres... S'excusa-t-elle avec un sourire désabusé.>>
L'aînée fondit en larmes. Elle tremblait de tout ses membres. Elle qui avait vu tant de morts, elle était plus effrayée que n'importe qui par la perspective de rendre son dernier souffle. La fausse Alice la serra dans ses bras. Ses larmes arrêtèrent de couler, et un sourire illumina son visage. Soudain, un second coup de feu retentit. Le visage d'Ariane s'était, d'un seul coup, figé en une expression profondément surprise et apeurée à la fois, pendant qu'une tâche rouge se formait sur son ventre. L'espace d'un instant, elle avait bien cru qu'elle s'en sortirait...
<<-Désolée, Ariane... Nos vies n'ont rien eu d'un conte de fées. Dit Léa d'une voix triste.>>
[flash-back]
Trois petites filles couraient dans une grande maison. Celle qui semblait la plus âgée ouvrit une porte en hurlant.
<<-Maman, maman ! Tu peux nous lire une histoire ? Celle du Petit Chaperon Rou...>>
Elle ne finit jamais sa phrase. Elle venait de voir sa mère, qui gisait sur le sol, un filet de sang au coin de la bouche, et juste à côté, son père... Enfin, la tête de son père. Le corps était, lui, tout au fond de la pièce. Devant ce spectacle macabre, les trois restèrent un moment sans voix. Après un très long silence, la plus jeune se mit à pleurer. Aussitôt, son aînée la prit dans ses bras et lui chuchota des mots doux pour la réconforter, auxquels elle ne croyait pas elle-même. Quand à la dernière, elle se précipita vers le téléphone et composa le numéro de la police. Elles restèrent un long moment à les attendre, sans bouger, dans cette pièce sombre et glacée, à regarder les cadavres de leurs parents. Le silence régnait, bien qu'il soit brisé de temps en temps par un reniflement ou deux. Quand les policiers arrivèrent, ils les trouvèrent comme ça, en train de pleurer, sans bruit. Ils leur firent beaucoup de promesses, leur disant que tout allait bien se passer, que leur père et leur mère étaient heureux là où ils étaient, et d'autres mensonges qui ne firent qu'accentuer le chagrin des pauvres enfants. De plus, ils ne retrouvèrent jamais le coupable, malgré une enquête approfondie. Mais les fillettes, elles, eurent plus de succès. La plus grande, et sans doute aussi la plus machiavélique, élabora un plan. Elle trouvait trop gentil de le laisser simplement aller en prison. Il avait tué leurs parents adorés, il avait pris leur bonheur, il avait détruit leurs vies ! Non, il était hors de question qu'il s'en tire si facilement. Elle allait le faire payer ! Elle élabora le plan le plus terrible qui soit. Elle fit construire des répliques grandeur nature des univers de leurs trois contes favoris, Le Petit Chaperon Rouge, Alice au Pays des Merveilles et Boucles d'Or, mais en bien plus dangereux. Et puis, elle l'invita, lui et cinq autres criminels, à jouer à un soi-disant jeu, dont le seul but était de tous les massacrer. Elle atteignit facilement son but, grâce à moult dangers qu'elle avait placé sur leurs chemins. Mais la police découvrit tout ça. Elle et ses s½urs furent mises en prison et eurent un procès, qui aboutit sur un non-lieu, faute de preuves. Mais elle avait pris goût au sang... Elle décida alors d'organiser une deuxième édition de son jeu. Cette fois, elle ne prit pas des tueurs, mais des gens qui, selon elle, menaient des vies tellement minables qu'ils voulaient sans doute mourir. Au final, même la benjamine s'était laissée convaincre par ses beaux discours, et trouvait normal de tuer si c'était pour la justice ou par pitié. Quand à la cadette... Elle voulait arrêter le massacre, mais elle savait très bien que le seul moyen, était de tuer ses s½urs... Pourtant, elle ne pouvait s'y résoudre. Peut être parce que le même sang coulait dans leur veines ? Ou alors, à cause de leur but commun de vivre dans un conte de fée ? Toujours est il qu'elle n'y arrivait pas... Elle avait pitié d'Ariane. Au fond, ce n'était qu'une pauvre enfant qui n'avait pas eu de chance dans la vie, et qui voulait simplement être heureuse... Certes, elle n'avait pas choisi la bonne voie pour atteindre le bonheur, mais après tout, elle était profondément humaine, et elle ne pouvait pas lui en vouloir de tenter désespérément de réaliser leur rêve... Mais elle était vraiment trop monstrueuse. Et il fallait bien qu'elle meure, tôt ou tard.
[fin du flash-back]
Léa laissa une larme couler sur sa joue. Puis, elle coucha sa s½ur par terre, lui ferma les yeux et se tourna finalement vers les deux intrus. Elle pointa son arme vers eux.
<<-Est ce que vous voulez mourir ? Leur demanda-t-elle d'un ton neutre.>>
Ils restèrent un instant dans le plus profond silence.
<<-Non... Finit par répondre Kyoya dans un souffle, presque machinalement.
-Tant pis pour vous. Répondit aussitôt la jeune fille. Vous savez, quand on a vécu quelque chose d'aussi horrible que le jeu de l'Enfer, que ce soit en tant qu'organisatrices ou que participants, parfois, il vaut mieux choisir la mort... Sinon, ces atrocités vont vous détruire à petit feu, et la vie deviendra trop difficile à supporter. Je ne vous le souhaite pas, mais cela risque de vous arriver. Et à ce moment là, vous regretterez...>>
Elle parlait très calmement, d'un ton neutre, dépourvu de sentiments. Elle s'efforçait de paraître forte, mais elle tremblait de tout ses membres. Sa peur se lisait sur son visage. Mais de quoi était elle si effrayée ? D'avoir vu ses s½urs mourir ? Mais c'était elle qui les avait tuées, et puis elle avait vécu pire. Qu'on la livre à la police ? Malgré tout ses crimes, elle était avant tout mineure, donc elle n'irait pas en prison, dans le pire des cas en maison de redressement, et pas pour bien longtemps... Mais alors, qu'est ce qui pouvait lui procurer une telle frayeur ? Quoi ? Rien ! À part... La mort. Sa mort. Elle appuya le pistolet contre sa propre tempe, et ferma les yeux. Une goutte de sueur perla sur son front, coula et s'écrasa au sol. Kyoya et Nile étaient comme pétrifiés par la scène qui se déroulait sous leurs yeux. Un troisième coup de feu retentit. Léa s'effondra, presque sans bruit. Pendant quelques minutes qui semblèrent durer des heures, rien ne se passa. L'atmosphère sombre et oppressante, l'atmosphère de mort qui régnait dans la pièce empêchait les deux intrus de bouger. Ils avaient eu la malchance de se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment... Soudain, Nile prit son courage à deux mains et jeta un coup d'½il sur les écrans installés au fond de la pièce. Ils étaient directement reliés à des caméras qu'il n'avait pas remarqué, et qui servaient à surveiller chaque millimètre du jeu de l'Enfer. Il découvrit avec horreur les images des corps des autres participants, plus ou moins couverts de sang.
<<-Kyo-Kyoya... Nous sommes les seuls survivants... Réussit il à articuler.>>
La réalité les frappa d'un seul coup. Ils étaient en vie ! Oui, ils avaient réussi à se sortir vivants du jeu de l'Enfer, mais à quel prix... Ils sortirent du grand bâtiment, et furent aussitôt recueillis par la police, qui les garda longtemps pour les interroger. Au final, l'affaire fut classée sans problèmes, bien que cela ressemble plus à un échec qu'à une réussite. Ils n'avaient pas triomphé des triplées Rosso. Ils n'avaient servi à rien, et des innocents étaient morts à cause de leur faiblesse. C'est ce que chacun se dit, mais ils oublièrent bien vite tout ça. Au final, tout était rentré dans l'ordre. Et pourtant, plus rien ne serait comme avant pour deux certaines personnes...
 
 
PDV Kyoya Tategami :
J'ai revu Nile aujourd'hui. Ça m'a fait un choc. Ça a beau faire deux ans, les souvenirs du jeu me tous réapparus. La peur que j'ai éprouvé face au loups, celle de tirer, le dégoût que j'ai ressenti en voyant les cadavres, l'effroi qui s'est emparé de moi quand Léa à pointé son arme sur moi, et surtout, ses dernières paroles... Ces dernières phrases... Après tout... J'ai vraiment changé depuis. Je me suis encore plus renfermé sur moi même, et je ne fais confiance en personne. Et surtout, je me sens coupable... Si je n'étais pas venu, peut être que les choses se seraient passées autrement ? Peut être qu'elles auraient annulé leur jeu ? J'essaie de me rassurer en me disant qu'elles aurait probablement choisi quelqu'un d'autre au hasard et que ça aurait sûrement été encore pire, mais ça ne me réconforte pas totalement... Quand à Nile, il était dans un état pire que le mien. Il sursautait à chaque son, à chaque mouvement, on aurait dit qu'il croyait perpétuellement que quelque chose ou quelqu'un allait lui sauter dessus pour le tuer. Vu sa crainte constante, ça m'a étonné qu'il sorte de chez lui. On s'est à peine échangé trois mots, il m'a simplement demandé de mes nouvelles. C'est étrange, à quel point le seul fait de me remémorer mon passé me marque autant... Maintenant, je ne suis plus sûr de rien. Je me dirige machinalement vers le tiroir où est rangé le pistolet d'Ariane. Je ne sais même pas comment j'ai réussi à convaincre la police de me le confier, ni pourquoi j'y tenait tant. Toujours est il que je l'ai en ma possession, et que lui aussi, il me fait douter... Je l'appuie contre ma tempe, et regarde mon reflet dans le miroir. Cette vision m'effraie, et je range aussitôt l'arme. Mais pourtant, mon incertitude demeure encore... Après tout, peut être que c'était Léa qui avait raison ?
 
 
 

Et voilà, c'est la fin. Je déprime. C'était une de mes fictions préférées, et elle est finie... Enfin, je savais depuis le début qu'elle serait très courte, mais quand même... Je déprime. Et vous devez être en train de vous dire "mais elle est c**** ou quoi ? si elle voulait pas que ça se finisse, pourquoi elle a pas continué ?" bah parce que j'avais plus grand chose à mettre... Tout le monde sauf Kyo-chan et Nilou sont morts, et j'allais pas vous décrire les vies actuelles des survivants pendant vingt-cinq chapitres non plus... Et dernière petite chose (oui je suis saoulante), je tiens à remercier ktn-love (d'ailleurs je vois pas trop à quoi ça sert de la remercier ici qu'il y a qu'elle qui lit ça... enfin bref), sans qui cette fiction n'aurait pas existé ! (Enfin, si, mais juste le chapitre 1...) Et dernière des dernières choses... THE END !!!!!!!!!!!

Tags : Fiction - Le jeu de l'Enfer - Chapitre 5

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.90.159.192) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Cameby

    31/12/2016

    Derien ^^ pas de quoi ;)
    (Ne t'excuse pas :))
    Ah oui je comprends..^^ oui c vrai que ça aurait été un peu bizarre mais bon X)

  • Kyoya-Beyblade

    31/12/2016

    Cameby wrote: "*-* j'ai a-do-ré ❤
    Mise a part le fait que Ryuga meurt (dsl si je saoul avec lui..;)) mais j'aime vraiment tes écrit *w* je pensais que Kyo et Nile finiraient ensemble..X)
    "

    Merci ^///^
    (Mais nan tu saoules pas, c'est moi qui suis désolée T-T) Moi aussi je pensais ça, et puis des gens se sont mis à me lire... Et comme je trouvais ça trop prévisible (et un peu bizarre, de l'amour dans une fiction comme ça ça aurait été... Décalé...), j'ai changé...

  • Cameby

    31/12/2016

    *-* j'ai a-do-ré ❤
    Mise a part le fait que Ryuga meurt (dsl si je saoul avec lui..;)) mais j'aime vraiment tes écrit *w* je pensais que Kyo et Nile finiraient ensemble..X)

  • Kyoya-Beyblade

    28/09/2015

    ktn-love wrote: "A partir de la troisieme phrase g abandonne xD dsl aurelie"

    C'est la reine des paradoxes --' une fois, j'ai dit que j'étais folle, et voilà ce qu'elle m'a sorti...
    "Aurélie : Une folle ne dit que des choses fausses, puisqu'elle est folle. Et une personne saine d'esprit ne dit que des choses vraies, tant qu'elle n'a pas de raison de mentir. En disant ça, Yuki n'a aucune raison de mentir. Donc, si elle dit qu'elle est folle, il y a deux possibilités : soit elle est saine d'esprit, donc elle dit la vérité, donc elle est folle (etc...). Soit elle est folle, donc elle dit quelque chose de faux, donc elle est saine d'esprit, donc ce qu'elle dit est vrai, donc elle est folle, donc ce qu'elle est dit est faux... Et on peut continuer comme ça jusqu'à la fin des temps, à moins de mourir avant."
    Ça a failli tuer mon petit ami...

  • ktn-love

    28/09/2015

    A partir de la troisieme phrase g abandonne xD dsl aurelie

  • Kyoya-Beyblade

    28/09/2015

    ktn-love wrote: "Mdrr ouais c dur a comprendre x)"

    Aurélie : Je vais encore devoir tout expliquer... Bon, tu vois Yuki, quand quelque chose est inattendu, c'est que personne si attend.
    Oui...
    Aurélie : Donc si quelqu'un si attend, ce n'est plus inattendu...
    Oui... Mais alors comment on fait pour s'attendre à l'inattendu ?
    Aurélie : On ne peut pas. C'est pour ça que je ne peux pas te laisser toute seule.
    Ah OK... *pige toujours que dalle*

  • ktn-love

    28/09/2015

    Mdrr ouais c dur a comprendre x)

  • Kyoya-Beyblade

    28/09/2015

    ktn-love wrote: "c chaud de s'attendre a l'inattendu xD"

    Bah non, moi je m'attend toujours à une attaque alien suivie de la destruction de la terre...
    Aurélie : Si tu t'y attend, c'est que c'est pas inattendu ! Réfléchis deux secondes !
    Oui bah c'est toi qui a commencé... *pige que dalle*

  • ktn-love

    28/09/2015

    c chaud de s'attendre a l'inattendu xD

  • Kyoya-Beyblade

    28/09/2015

    ktn-love wrote: "Tu tiens a elle, c bon signe xD bon l'inverse l est moins! :o"

    Aurélie : Je tiens pas à elle, je tiens à ce que le monde soit pas détruit.
    Mais tu dis tout le temps que je suis hyper faible !
    Aurélie : Oui mais avec toi il faut s'attendre à tout, et surtout à l'inattendu...

Report abuse