Bullied

PDV neutre :
Kyoya observa une seconde son reflet dans le miroir, avant de remettre une mèche rebelle en place et de sortir de chez lui, sac à l'épaule. Aujourd'hui était le premier jour de son année de terminale, dans un nouveau lycée. Il n'avait pas peur, non, seulement, même si quasiment tous les élèves de son ancienne école étaient des débiles mentaux, ne pas pouvoir parler et délirer pendant les cours avec sa meilleure amie Hatsu allait lui manquer... Il sentait qu'il était reparti pour un an à cacher ses sentiments à tout le monde, et cela le déprimait. Enfin, il aurait toujours l'occasion de revoir la jeune fille en dehors des cours... N'est-ce pas ? Il arriva rapidement dans son nouvel établissement, et aussitôt, une adolescente de son âge aux cheveux bleu clair et à la peau assez mate l'aborda.
<<-Êtes-vous Kyoya Tategami ?
-Euh... Oui...
-Parfait. J'imagine que vous ne savez pas où se trouvent les salles de classe, la cafétéria ou votre chambre, n'est-ce pas ?
-Oui, mais...
-C'est exactement ce que je pensais. Je m'appelle Hikaru Hazama, et je suis ici, ainsi que déléguée de ma classe depuis mes sept ans. Je suis donc parfaitement au courant que les nouveaux arrivants sont toujours un peu perdus –qui ne le serait pas dans un pensionnat aussi grand ?–, et, comme le directeur n'est pas disposé à gaspiller son temps à enseigner à chacun le fonctionnement de cet internat, j'ai pris l'initiative de le faire moi-même.
-D'accord... C'est un peu étrange, non ?
-Dans ce cas, préfère-tu que je te laisse te débrouiller tout seul ?
-Non, non, je ne dis pas cela... C'est très altruiste de ta part de faire ça...>>
Il soupira. Il détester complimenter les gens, mais il se doutait bien qu'il avait besoin d'elle... Et il haïssait cela encore plus. Que Diable était-il passé par la tête de son père lorsqu'il l'avait inscrit à un pensionnat privé pour gosses de riches et autres bourges en tout genre ?! Et puis d'abord, depuis quand est-ce qu'il s'occupait de lui ou de son avenir ? Il tenta de ne pas y penser, et suivit Hikaru qui lui fit visiter les bâtiments et endroits qu'il aurait à connaître. Elle commença par lui montrer sa chambre, où il déposa ses affaires et eut la très mauvaise surprise de constater que son colocataire était le fils hyperactif et avec la réputation d'être un moulin à paroles du directeur, avant de continuer à le guider à travers le dédale de couloirs. Ils avaient presque terminé quand tout à coup, Kyoya entendit des bruits pour le moins suspects. Il se dirigea aussitôt dans leur direction, et tomba, comme il l'avait deviné, sur trois adolescents à peu près de son âge, en train d'en frapper un quatrième, qui était déjà à terre.
<<-Je peux savoir ce que vous foutez ?! Il s'exclama, habitué à ce genres de scènes grâce au lycée public où il se trouvait auparavant.
-Ça se voit, non ? Répondit celui qui semblait être le chef.
-Effectivement. Laissez-moi donc reformuler : pourquoi faites-vous ceci ?
-Ouh, regardez-moi, je parles bien et je suis mieux que les autres ! ... C'est pas tes affaires.
-Mauvaise réponse.>>
Il était parfaitement au courant que cela signifiait qu'ils n'avaient aucune bonne raison, sinon peut-être une colère subite qu'ils avaient besoin de décharger sur quelqu'un. Il s'interposa alors en donnant un coup de poing au meneur. Il n'accorda même pas un coup d'½il aux deux autres, sachant qu'ils déguerpiraient comme des lapins s'il vainquait leur leader. Seulement, il était plus puissant qu'il ne l'avait attendu, et riposta violemment en frappant son ventre de son coude... Ce fut à ce moment-là qu'Hikaru intervint.
<<-Arrêtez ! Si vous vous battez, je vais devoir le reporter au directeur !>>
Aussitôt, les trois prétendues racailles s'en allèrent en traînant des pieds, non sans cracher par terre et quelques insultes au passage. Kyoya se tourna alors vers leur victime, et lui tendit une main afin de l'aider à se relever. Celui-ci l'observe une seconde, puis la repoussa, se mit debout seul et s'en alla sans un mot.
<<-Hé oh, tu pourrais au moins me remercier ! S'exclama le jeune homme aux cheveux verts, assez mécontent.
-Il ne le fera pas. Il ne parle pas si facilement aux autres... En fait, il n'a rien dit depuis deux ans, à part aux professeurs, et encore, uniquement lorsque c'était noté.
-Pourquoi ?
-Je ne suis pas sûre, mais je crois que c'est à cause de tous ces gens qui le harcèlent... Ces trois-là ne sont pas les seuls, juste les plus violents.
-Et... Qui est-ce ?
-Nile Pyre. Il est dans notre classe. Je crois qu'il est égyptien, mais c'est tout ce que je sais sur lui...
-Et pourquoi est-il harcelé ?
-Je n'en ai aucune idée. D'après mes informations, il a un secret, que le chef de ce groupe a découvert, et il en a fait sa victime principale depuis... Les autres ont juste suivi.
-Et personne n'a rien fait pour arrêter cela ?
-Ce n'est pas si simple. Personne n'oserait se mettre en travers du chemin de ce gars... Il est bien trop puissant. Enfin, personne sauf toi, apparemment... Estime-toi heureux d'être encore en vie, d'ailleurs. Et, surtout, personne ne le ferait pour Nile... Il n'a pas d'amis, et, comme tu as pu le constater, il ne fait rien pour...
-Mais tu ne pourrais pas le raconter au directeur ?
-Certes, mais s'il encourrait une quelconque sanction, il me tuerait. J'ai déjà de la chance que cette menace fonctionne encore... Enfin, passons. Il me reste des lieux à te montrer, et les cours vont bientôt débuter.>>
Kyoya fut très légèrement surpris par son manque de réaction, mais il la suivit. La matinée se passa de manière parfaitement normale. Les professeurs se présentèrent, et leur exposèrent brièvement le programme de l'année et le matériel à acheter. Rien de plus banal, en somme. À la cafétéria, il fut assez ahuri par les quantités astronomiques de nourriture, et de bonne qualité en plus, qu'il y avait... Comme quoi, il n'y avait pas que des désavantages à être dans un pensionnat de luxe au lieu d'un lycée pourri... Il se servit abondamment, et partit s'assoir seul dans un coin d'où il avait une vue d'ensemble des autres élèves. Ils étaient tous en groupes plus ou moins conséquents. Il repéra les trois crétins de tout à l'heure, et, à son exact opposé, Nile, aussi solitaire que lui. Il ne put s'empêcher de remarquer que celui-ci portait un sweat-shirt blanc, et qui plus est trop grand pour lui... Étrange, pour quelqu'un qui était supposé être riche... Il haussa les épaules, et oublia ce détail. Certaines personnes avaient juste des goûts vestimentaires bizarres. Et lui-même avait eu un certain mal à accepter qu'il ne devrait pas porter de pantalons troués à partir de maintenant... L'après-midi se déroula de la même façon que la matin, sans aucun accroc. Ce ne fut que le soir que les choses se compliquèrent. En effet, Hikaru n'avait pas menti quand elle avait dit que le fils du directeur, Gingka, dont il partageait la chambre, était un sérieux bavard... Il fut rapidement prit d'une envie subite mais persistante de l'étrangler sur le champ et sans plus de cérémonie. À un moment pourtant, il parvint éventuellement à placer un mot. Étant donné qu'après une heure de ce régime-là, il connaissait absolument tout du rouquin, et vu qu'il avait déjà toutes les informations nécessaires sur les cours grâce à la jeune fille, il lui demanda donc son avis sur Nile. La pipelette au masculin haussa les épaules, et dit qu'il le trouvait étrange. Kyoya lui posa alors une seconde question : pourquoi était-il harcelé ? Il n'eut pas plus de réponse qu'Hikaru. Il l'interrogea alors pour la troisième et dernière fois.
<<-Et tu n'as rien fait pour l'aider ?
-Pourquoi ?>>
Ce simple mot, ne trahissant aucune émotion sinon de l'ahurissement, comme si cette pensée n'avait jamais traversé l'esprit de Gingka, lui glaça le sang. Il n'osa cependant pas faire de remarque sur le fait que c'était plus que naturel de tenter de faire quelque chose lorsqu'un camarade était dans cette situation. Il avait une réputation d'insensible à tenir, après tout...
À partir de ce moment, il passa une bonne partie des cours à observer l'égyptien, voire même à le fixer et à l'examiner sous toutes ses coutures. Il remarqua ainsi qu'il tirait sans arrêt sur ses manches déjà trop longues, comme pour couvrir ses mains, sans cependant pouvoir se l'expliquer. Il tenta en vain de lui adresser la parole à de maintes reprises, et prit sa défense plusieurs fois quand il se faisait injurier voire attaquer par des élèves nuisibles et malveillants. Tout cela pour que, deux mois après son arrivée dans le pensionnat, il aie gagné un bleu à la joue, une mauvaise réputation et un nombre exorbitant de zéro amis. Il n'en avait pas besoin, de toute façon... Il en avait déjà une, et elle dépassait tous les minables qui grouillaient dans l'internat. Il ne fut jamais plus heureux que quand il parvint à trouver le temps de la voir, un week-end pendant lequel ni lui ni elle n'étaient occupés. Ils se retrouvèrent à leur lieu de rendez-vous habituel, un coin désert quoi qu'il arrive, et s'assirent sur leur barrière préférée, l'un à côté de l'autre. Hatsu sortit un paquet de cigarettes, et Kyoya en prit une –Dieu que ça lui avait manqué !–, avant de lui narrer ce qui lui était arrivé. La jeune fille tira une latte.
<<-Tu sais quoi ? Honnêtement, tu es encore plus avancé que ce que je pensait...
-Comment ça ?
-Te connaissant, j'étais sûre que tu n'avais sympathisé avec personne. Mais, contrairement à ce que j'avais calculé, tu as au moins trouvé quelqu'un qui t'intéressait. C'est mieux que ce à quoi je m'attendais.
-Peut-être, reste à ce qu'il m'adresse la parole...
-N'essaye même pas de prétendre que c'était facile de devenir ton amie, à toi.
-Je n'ai pas dit cela...
-À mon avis, c'est le karma.
-Très drôle.
-Je me demandais... Est-ce qu'après deux mois sans avoir fumé, tu peux planer rien qu'avec une simple cigarette ?>>
Il regarda la tige se consumer entre ses doigts.
<<-Non...
-Tant mieux. Je n'ai pas envie de devoir attendre tout ce temps pour tester...>>
Elle lui parla alors de ce qui s'était passé dans leur bon vieux lycée, et il se sentit assez nostalgique. Il aurait aimé pouvoir la voir tout les jours, comme avant... Même s'il n'était pas certain que ce soit positif pour elle. Il se questionnait toujours là-dessus. Comment, après qu'il l'aie rejeté, avait-elle pu avoir le courage de ravaler ses sentiments amoureux et la haine qu'elle aurait dû ressentir pour lui, et devenir sa meilleure amie et unique confidente ? Elle était bien plus forte qu'il ne l'aurait jamais été... Quand elle fut à bout d'anecdotes à raconter, il se mit à lui parler de ses nouveaux ennemis, jusqu'à ce qu'elle tressaute à l'entente d'un prénom, celui d'un des trois principaux.
<<-Reiji Mizuchi ?!
-Euh... Oui...
-Reste loin de ce mec. Le plus loin possible.
-Je sais... La question est, comment est-ce que tu es au courant ?
-C'est simple... Je l'ai observé perdre sa santé mentale, sans rien pouvoir faire.>>
Elle paraissait maintenant sombre, et il se souvint d'une histoire qu'elle lui avait narrée il y a bien longtemps, et qui datait de sa plus tendre enfance, bien avant qu'ils ne se rencontrent. Elle n'avait pas donné le nom, mais il était quasiment certain que c'était de lui qu'il s'agissait, à présent. Les psychopathes sadiques de leur âge et vivant proche d'ici ne couraient heureusement pas les rues...
Malheureusement, toutes les bonnes choses ayant une fin, ils furent obligés de se séparer. Au dernier moment, Hatsu prit la parole.
<<-Bonne chance, avec ce Nile... Si tu pense que tu peux y arriver, n'hésite pas. Mais si tu crois que c'est mort... Abandonne dès maintenant. Le plus tôt est le mieux, dans ce genre de cas, ou sinon... Tu risques de souffrir...>>
Elle le regarda droit dans les yeux, et il sut qu'elle avait tout comprit. Il hocha alors la tête.
<<-Je suivrais tes conseils.
-Tant mieux. Au revoir...
-À bientôt !>>
Ils se séparèrent avec tristesse, et il retourna à la dure vie de lycéen. Il continua de tenter de parler à Nile et de le protéger pendant quatre longs mois sans grand succès. Jusqu'à ce qu'un jour, il ne prononce un mot. Un simple mot. Cela aurait pu n'être rien dans la bouche de quelqu'un d'autre, mais dans la sienne, c'était une des choses les plus précieuses au monde.
<<-Pourquoi ?>>
Il sursauta, et resta bouche bée pendant une minute, incapable de croire ce qu'il se passait. Il avait parlé...
<<-Pourquoi quoi ? Demanda-t-il enfin.
-Pourquoi est-ce que tu n'arrêtes pas d'essayer de commencer une conversation avec moi, et que tu prends tout le temps ma défense ? Ça n'a aucun sens...>>
Il eut quelques difficultés à répondre, toujours sous le choc et ne sachant pas réellement pourquoi, ou plutôt, ne sachant que cela mais refusant de l'avouer aux autres...
<<-C'est cruel de harceler quelqu'un sans aucune raison...
-Ne te moque pas de moi.>>
Le ton employé était froid, et il lui parut que les yeux de ce semi-rouquin pouvaient transpercer sa chair et lire directement dans son c½ur. Cette sensation de mise à nu l'aurait dérangé si cela avait été qui que ce soit d'autre à l'exception bien sûr d'Hatsu, mais... Là, cela ne lui faisait rien.
<<-Pourquoi me moquerais-je ? Il tenta de feindre l'innocence.
-Tu n'as rien à faire des valeurs morales et de toutes ces babioles illusoires, et tu ne joues les héros que lorsqu'il s'agit de moi. Une collégienne pourrait se faire agresser par un terminale et tu réagirais à peine. Alors, je te pose à nouveau la question : pourquoi fais-tu cela ?
-D'accord, tu veux la jouer comme cela, parfait... Pourquoi es-tu harcelé par tous ces gens ?
-Il faut bien une victime...
-Et pourquoi toi en particulier ?
-Je ne vois pas pour quelle raison je devrais te répondre.
-Dans ce cas, moi non plus.>>
Il hésita un peu, avant de retourner dans sa chambre. Il se maudit aussitôt qu'il fut arrivé. Pour une fois qu'il avait eu l'occasion de parler à Nile... Il avait tout gâché. Il soupira, avant de se morfondre sur son lit. Tout de même... Il avait eu une conversation avec lui ! C'était incroyable ! Il connaissait enfin le son de sa voix... C'était déjà un exploit. Soudain, il entendit quelqu'un cogner faiblement contre la porte. Elle n'était pourtant pas fermée, et un ami de Gingka ne se serait pas gêné pour entrer... Il se leva, et l'ouvrit. Il fut assez surpris de voir l'égyptien juste devant lui.
<<-Si tu veux tout savoir, suis-moi.>>
Il fut légèrement surpris, mais accepta, et il le conduisit à sa propre chambre. Elle était de toute évidence faite pour deux, mais apparemment, il y vivait seul... Il ferma derrière eux, après s'être assuré que le couloir était vide.
<<-Promets-moi que tu ne le répéteras à personne.
-D'accord...
-Pas comme ça. Jure-le sur ce que tu as de plus précieux au monde. Si tu brise ton serment, j'aurais le droit de détruire cette chose.
-Je le jure sur ce que j'ai de plus cher au monde...>>
Il vérifia une seconde fois qu'il n'y avait aucune oreille indiscrète dans les alentours, avant de prendre une grande inspiration.
<<-Je suis homosexuel. Et il l'a apprit... C'est pour cela qu'il me déteste, et que je suis sa victime préférée...
-C'est tout ?
-Qu'entend-tu par "c'est tout" ?
-Bah, je vois pas en quoi c'est un motif pour détester quelqu'un...>>
Il sourit amèrement.
<<-Nous sommes dans un pensionnat privé. Tous ceux qui y sont, et je doute que tu ne le saches pas, ont des parents riches. Par conséquent, c'est encore plus qu'une raison. C'est un devoir.
-C'est complètement stupide et méchant !
-Tout comme l'être humain. Maintenant... Tu dois me dire pourquoi tu tiens tant à me parler et à me protéger, moi en particulier.>>
Il rougit.
<<-N'est-ce pas évident ? Il murmura.
-Absolument pas.>>
À l'entente de ces deux mots, il s'approcha de lui, se baissa très légèrement, et l'embrassa. Il y eut un instant de silence, avant qu'il ne sente les lèvres de Nile bouger contre les siennes. Il fut à la fois soulagé et... Heureux. Depuis combien de temps ne l'avait-il pas été ? Il n'en avait aucune idée...
<<-Je t'aime... Il chuchota, à bout de souffle, après qu'ils se soient séparés pour reprendre leur respiration.>>
La réponse qui vint fut tout sauf satisfaisante.
<<-Pourquoi ?
-Est-ce que tu m'aimes ?
-Oui.
-Alors tu devrais le savoir.>>
Il fronça les sourcils pendant quelques secondes, avant de paraître comprendre, et de sourire. C'était la première fois qu'il le voyait sourire... Cela réchauffa le c½ur de Kyoya. Il était magnifique... Et il ne pouvait que plaindre les autres pour ne pas s'en rendre compte. Il l'embrassa à nouveau, et cette fois, prit tout le temps de savourer le reflet de ses sentiments.
 
Il annonça presque aussitôt la nouvelle à Hatsu, qui comprit sans explications et le félicita. Il put détecter la pointe, faible et presque inexistante mais tout de même bien présente, de tristesse dans sa voix, et se souvint que ce n'était peut être pas la meilleure personne à laquelle parler de ce genre de choses. Mais elle le prit plutôt bien. Après tout, tant que lui était heureux, cela lui allait, même si c'était avec un autre... Néanmoins, à part la jeune fille, personne ne fut mis au courant de leur situation. Cela aurait été comme marcher eux-même vers la guillotine, et en enclencher le mécanisme. Du suicide pur et simple. Ils furent donc heureux sans qu'aucun de leur camarade ne s'en rende compte. Nile continuait de rester muet tout le temps, à l'exception des moments où il était seul dans sa chambre avec Kyoya, et celui-ci continuait d'agir comme son lui-même asocial et agressif normal. Ils ne se rapprochèrent pas en public, et ne cessèrent pas de manger seul chacun dans leur coin. Ils ne se mirent pas plus à côté en classe, et ne passèrent pas leurs récréations ensemble. Mais, en privé, c'était une toute autre histoire. Ils alternaient entre parvenir à avoir des conversations complètes et s'embrasser, le semi-rouquin tranquillement lové dans les bras protecteurs de son amant. Et ils étaient parfaitement satisfaits de leur vie et de leur manière de fonctionner.
 
Il ne fut pas très clair de comment cela fut décidé, mais un jour, ou plus précisément un soir, le jeune homme aux cheveux verts se retrouva à approfondir leur baiser un peu plus que d'habitude... Et ce, à un tel point qu'il fut rapidement penché au dessus de l'égyptien, sur le lit de celui-ci, à laisser des traits de salive et des marques de son amour et du fait qu'il lui appartenait partout sur son cou. Ivre du goût de sa peau, il en voulut plus, et retira son éternel hoodie blanc aux manches bien trop longues. Il comprit ainsi enfin pourquoi il le mettait en voyant les cicatrices depuis longtemps refermées qui lacéraient ses bras. Il hésita un instant, mais, en se rendant compte de la tristesse de Nile, il embrassa chacune d'entre elle une à une. Il ne savait qu'il pouvait les effacer, mais il avait la capacité de les recouvrir avec de bons souvenirs...
 
Cette nuit-là fut par conséquent mémorable. Maladroite, un peu douloureuse par moments, mais remplie de plaisir partagé, et mémorable. Elle marqua le début d'une période remarquable par sa tranquillité et son manque d'incidents majeurs. Certes, le harcèlement ne cessa pas, mais il se tempéra jusqu'à atteindre un niveau humainement tolérable. Et puis, il était bien plus facile de supporter la haine des autres à deux que seul...
Et, à partir de ce moment, ils ne furent, ni l'un ni l'autre, plus jamais seuls. N'était-ce pas le plus important, après tout ?

Tags : Bullied

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.226.172.30) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Nicori

    08/06/2017

    Ben pour moi c'était vraiment plus que clair et dès le début... T'as qu'à demander à une 3ème personne ;)
    Dommage...

  • Kyoya-Beyblade

    08/06/2017

    Nicori wrote: "Sympa!! J'ai bien aimé lire cet OS! (Meme si Kyoya est légèrement trop visiblement gentil à l'égard de Nile ce qui le rend un tout petit peu trop "charmant"). Sinon c'était bien écrit et prenant bravo!
    Au fait, c'est quel OS qui t'a pris 12 pages Word? Ça m'intéresse. 😆
    "

    (Non mais faudrait savoir Cameby me dit que c'était pas assez clair et toi tu me dis que c'était trop prévisible T-T... Comment je fais pour savoir qui a raison moi ???) Merci beaucoup ^^...
    Eh bien... Un OS appelé "Expérience" (oui je sais c'est le titre le plus nul du monde mais bon) que j'ai pas publié parce que... Ben parce qu'il est pas sur Beyblade/sur les personnages de Beyblade, et puis que j'avais la flemme de le poster sur Wattpad #douée

  • Nicori

    07/06/2017

    Sympa!! J'ai bien aimé lire cet OS! (Meme si Kyoya est légèrement trop visiblement gentil à l'égard de Nile ce qui le rend un tout petit peu trop "charmant"). Sinon c'était bien écrit et prenant bravo!
    Au fait, c'est quel OS qui t'a pris 12 pages Word? Ça m'intéresse. 😆

  • Kyoya-Beyblade

    29/05/2017

    ktn-love wrote: "Ah mais je vois ca en effet ** Non mais je dis ca pck je l'ai lu par fragment et que du coup je l'ai trouve encore plus long xDD
    Je trouve ca vraiment injuste que Nile soit martyrisé a cause de son orientation sexuelle :( heureusement que Kyoya est la :D d'ailleurs, chapeau pour son caractère **
    "

    OK xD
    Et heureusement que c'est pas ça dans la vraie vie, enfin la plupart du temps... Je suis dans une école catholique (du coup les élèves sont censés être super coincés et tout, mais pas du tout ^^'), Et hier j'ai dit que j'étais bi et les réactions :
    -Vraiment ? Stylééééé
    -Je savais pas
    Et puis il y a une fille qui a direct voulu essayer de me caser... Enfin bref, je me suis pas fait taper dessus quoi ^^'
    Le caractère de Kyoya ??

  • ktn-love

    28/05/2017

    Ah mais je vois ca en effet ** Non mais je dis ca pck je l'ai lu par fragment et que du coup je l'ai trouve encore plus long xDD
    Je trouve ca vraiment injuste que Nile soit martyrisé a cause de son orientation sexuelle :( heureusement que Kyoya est la :D d'ailleurs, chapeau pour son caractère **

  • Kyoya-Beyblade

    28/05/2017

    ktn-love wrote: "C'est trop choooou *3* mais dis moi c'est mega long comme os ;D j'ai pas le temps de commenter mais vraiment c'est touchant comme ecrit *3* j'aime. Comme tjs en fait **"

    Maiiiis euh ! Je suis capable de faire des trucs longs, une fois j'ai carrément écrit un OS qui faisait 12 pages (Word) !!!
    Et sinon..... Merciiiii mais je ne mérite pas tous ces compliments >/////<...

  • ktn-love

    28/05/2017

    C'est trop choooou *3* mais dis moi c'est mega long comme os ;D j'ai pas le temps de commenter mais vraiment c'est touchant comme ecrit *3* j'aime. Comme tjs en fait **

  • Kyoya-Beyblade

    27/05/2017

    Cameby wrote: "Ah d'accord,oui bien-sûr j'aurai fait pareil mais je voulais dire,il ne le montre pas Kyoya dans l'os si?
    (Ah... moi aussi 'fin jlui ai pas dit mais il l'a su..on est resté bon pote..^^..)
    "

    C'est Kyoya. C'est normal qu'il ne gueule pas sur les toits "VOUS SAVEZ QUOI BAH JE SUIS NAMOUREUX, ET MÊME QUE MON NAMOUREUX C'EST NILE D'ABOOOOORD !!!". Mais sinon, bien sûr qu'il le montre ! Pourquoi est-ce que Yoyo-chan protégerait Nilou s'il l'aimait pas ? Et en plus, à un moment, Hatsu apparaît, et elle est l'amie d'enfance de Yoyo dans cet os, donc elle le connaît, et à un moment il y a la phrase "Elle le regarda droit dans les yeux, et il sut qu'elle avait tout comprit.". Tout, c'est qu'il est amoureux de Nile. C'est pour ça aussi qu'elle lui dit bonne chance, et qu'elle lui donne des conseils........ Je vois pas comment je pouvais le rendre plus évident à part en faisant hurler à Kyoya la phrase du début ("LALALALA JE SUIS NAMOUREUX DE NILOU-CHAN !!!!!"...) ou en mettant un truc cliché du genre "je ressens tout à coup des papillons dans mon ventre et blablabla...."
    (moi elle a quitté mon lycée juste après et on s'est plus reparles depuis du coup j'en sais rien...)

  • Cameby

    27/05/2017

    Ah d'accord,oui bien-sûr j'aurai fait pareil mais je voulais dire,il ne le montre pas Kyoya dans l'os si?
    (Ah... moi aussi 'fin jlui ai pas dit mais il l'a su..on est resté bon pote..^^..)

  • Kyoya-Beyblade

    27/05/2017

    Cameby wrote: "xD **

    Yoyo ^^ x) vu que c'est lui qui lui a dit,en même temps la réponse était évidente​ ;)
    "

    Bah moi je trouve que si je suis amoureuse d'une fille depuis très longtemps, que j'ai envie de lui dire, que je n'ai rien à perdre et que je découvre qu'elle est lesbienne, je fonce ! (bon, la dernière fois que j'ai fait ça je me suis pris un énorme râteau, mais vu que j'avais rien à perdre, ça allait !)

Report abuse