Gréa

Gréa était un petit village du Sud, et comme chaque petit village, il avait des milliers, des millions d'anecdotes, de rumeurs et d'histoires à raconter. Mais la plus importante, celle qui dépassait toutes les autres, celle qu'il n'aurait jamais pu oublier, c'était celle de Ludvina. Camille était une jeune fille, de dix-neuf ans à peine quand elle était venue s'installer ici, et qui avait tout de suite fait sensation. Tout d'abord, parce que c'était la première fois depuis des dizaines d'années que quelqu'un qui n'était pas né là venait y habiter. Il y avait bien quelques estivants qui y passaient deux ou trois semaines par an régulièrement, mais personne n'y allait pour y vivre réellement. Les murs de la chambre de Kyoya, une jeune homme de son âge qui lui était ici depuis sa naissance, reconnurent en elle une amie de leur propriétaire, avec lequel elle avait discuté de longues heures sur Internet. Cela expliquait pourquoi elle avait choisi de s'installer à Gréa, parmi toutes les communes du pays, mais tout de même... Elle n'était de toute évidence pas faite pour les villages, et encore moins pour ceux du Sud. Tout d'abord, elle, emménagea dans un appartement, alors qu'il y avait tant de maisons vides... Les arbres mirent cela sur le compte du manque d'argent que devait avoir une fille seule si jeune, mais les cailloux n'étaient pas entièrement d'accord. Mais ce n'était pas tout : elle sortait le moins possible et lorsqu'elle osait mettre un pied dehors, c'était avec un chapeau, des lunettes de soleil, un parasol et en se plaignant de la chaleur, ce qui fit bien rire les autres habitants qui ne la sentaient même pas. Elle fut également extrêmement surprise de découvrir que l'épicerie du coin ne pouvait pourvoir à tous ses besoins, que le supermarché le plus proche était à quelques kilomètres, dans le village d'à côté, et encore pire, qu'elle avait à tout prix besoin d'une voiture pour y aller, à moins de vouloir tenter l'exploit d'y aller à pied et de revenir avec ses courses. Kyoya fut à la fois étonné et amusé de l'ignorance de son amie à ce sujet, et l'informa que, puisqu'elle n'avait pas d'automobile ni les moyens de s'en offrir une, elle pouvait toujours demander à son père de l'y conduire, il y allait une fois par semaine de toute façon et cela ne le dérangerait pas. Cela sembla plutôt déplaire à Ludvina d'être seule dans un endroit clos avec un homme adulte, mais elle n'avait pas d'autre option, alors elle accepta à contrec½ur. Elle fut encore plus ahurie de ne pas avoir fini assassinée et jetée dans un fossé, ou même pire encore. Ce qui ne l'empêchait pas d'être effrayée à chaque fois qu'elle faisait le trajet avec lui. Même Kyoya la trouvait un peu excentrique. Enfin, elle était aussi à sa place qu'un lapin dans un aquarium. C'est pourquoi aucun caillou, aucune plante, aucune poussière du village ne fut surpris lorsqu'il fut révélé qu'elle venait de Bets, la capitale. Cela expliquait son dépaysement, mais la question la plus importante, "Pourquoi restait-elle à Gréa alors qu'elle était faite pour les grandes villes froides et pressées ?", était toujours sans réponse. Et ce, pendant encore deux mois après cette découverte, jusqu'à ce que quelqu'un ne sonne à sa porte tandis qu'elle rédigeait son journal intime, et qu'elle oublie de le refermer en allant ouvrir, laissant à ses murs tout le temps de le lire. C'était assez malpoli, mais ils en avaient plus qu'assez de ne quasiment rien savoir de cette jeune fille alors qu'elle vivait entre eux quatre. Et alors, la vérité éclata. Ludvina aimait Kyoya. Ludvina aimait Kyoya d'un amour véritable, et elle s'inquiétait pour lui. Toutes les maisons du village l'apprirent, et le répétèrent aux trottoirs, à la chaussée et aux ruelles, qui en informèrent les cailloux et les plantes avec un peu d'aide du vent, qui en parla également à ni plus ni moins que les nuages. Enfin, toute la commune et plus encore, à l'exception des humains bien sûr, s'attendrit de cette dévotion amoureuse qui poussait la citadine à faire de tels sacrifices. Leur soudaine amitié ne fut que renforcée par le fait que tout cela était pour Kyoya. Ils l'appréciaient eux-mêmes beaucoup, avaient été très tristes de savoir qu'il se tailladait les veines, s'apitoyaient à chaque fois qu'ils le voyaient porter des hauts à manches longues quel que soit le temps pour couvrir ses bras, et avaient peur pour lui même maintenant qu'il était engagé dans une relation stable. N'était-ce pas parce qu'il avait aimé une égoïste inconsciente, qui lui avait fait miroiter de doux rêves et des vies où tout était possible avant de briser ces illusions de ses propres mains, qu'il était tombé dans cette si profonde dépression ? Enfin, ce jour-là, la température chuta de cinq degrés. Ludvina sortit de chez elle, en T-shirt, et pour la première fois depuis qu'elle habitait à Gréa, elle respira. À partir de ce moment, avec l'aide de ses nouveaux alliés dont elle n'avait même pas connaissance, sa vie fut moins difficile.
Cela aurait pu continuer ainsi pendant très longtemps, mais cette période heureuse et tranquille ne dura que quatre ans. Car, au bout de ces quelques années, Kyoya épousa sa petite amie. Pendant la cérémonie, Ludvina parvint à faire passer ses pleurs pour des larmes de joie, mais elle n'eut ni le courage ni la force de se rendre à la réception. Elle rentra chez elle, dans son petit appartement, et s'y enferma. Quand elle apprit que son ami et la femme de celui-ci allaient déménager à Bets, elle se contenta de faire un petit sourire, le premier depuis qu'ils s'étaient fiancés, avant de retomber dans la torpeur qui constituait dorénavant sa vie. Si elle ne sortait déjà presque pas avant, la situation était maintenant encore pire. Elle allait au supermarché une fois tous les trois mois, achetait de la nourriture non périssable, et ni le soleil, ni les habitants du village ni tout le reste du monde ne la voyaient plus pendant quatre-vingt dix jours. Les êtres inertes ou presque de la commune continuaient à recevoir des nouvelles d'elle grâce à ses murs, à son sol et à son plafond, et s'apitoyaient sur son sort, mais c'étaient bien les seuls. Les humains semblaient l'avoir oubliée, maintenant qu'elle ne prêtait plus au rire. C'est pourquoi tout Gréa à leur exception se jura de toujours soutenir, supporter, encourager et tout faire pour aider Ludvina même si elle ne s'en rendait pas compte, et de toujours se souvenir d'elle quoi qu'il arrive. Et elle vit encore là-bas, dans ce village reculé où personne ne vient jamais, dans son appartement au volet toujours clos, avec des amis dont elle n'a même pas conscience. Et qui sait, peut-être qu'un jour, dans l'éternel silence qu'est sa vie, elle entendra ces milles et milles bruissements et fourmillements que sont leurs voix, et que les êtres humains normaux dont les oreilles et le c½ur sont sourds ne connaîtront jamais...

Tags : Gréa

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.158.55.5) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Cameby

    26/06/2017

    Et la tu fais quoiiii?
    La partie troiiiiis!
    Tu voiiiis! Elle est de toiiii!
    Et pas de moiiii!
    La pariiieeee quatre
    Je veux un KitKat !!!
    Jai eu un twix mais m'en fichx!
    J'ai faiiim jdois manger mes maiiiin et garder l'autre pour demaiiin!
    A mais non! Si je mange mes main! Pour demain ! J'ai plus rien!!!
    Ton bras va biiiien???

  • Kyoya-Beyblade

    26/06/2017

    Cameby wrote: "xDD oui pareil xDD
    Ah jai pas fait exprès !!! Désolée T^T
    Partie 3?
    "

    La partie trois...
    J'en veux bien une si celle qui la fait
    C'est toiiii !!!
    Parce que j'y arriverais
    Jamais moiiiiii !!!
    Je suis bien trop nulle pour çaaaaaaa !!!
    Lalalaaaaaaaaaaaa
    Oui c'est ça ma rime je l'avais bien dit alors ne critique paaaaaaas !!!
    Je chante aussi bien que si j'avais l'ebolaaaaaaaa
    Je sais c'est une maladie alors en parler c'est pas bien mais j'ai pas de rime alors voilà quoiiii !
    /SBAAAAAAAAAF/ Aïeuh T-T mon bras....

  • Cameby

    26/06/2017

    xDD oui pareil xDD
    Ah jai pas fait exprès !!! Désolée T^T
    Partie 3?

  • Kyoya-Beyblade

    26/06/2017

    Cameby wrote: "Heu...la partie deux!
    Je veux la partie deux deux !
    Oui je la veux ! Toi tu la veux!
    Et moi un peu et toi beaucoup !
    Et rondoudou! Et Pikachu !
    Un p'tit coucou ! Pour Aurélie qui sermone yuki!
    Qui se rebelle contre elle!
    Qui fait parler des cailloux et moi des train tchou-tchou !
    Et tu l'a veux et moi un peu!
    Et tu l'a veux la partie deux!
    Meuh meuh meuh !
    Mais non c'est
    Mêeee mêee mêee! Comme rina! Qui veux hyoma! Mais Yuki veux kyoya! Et moi ryuga!!
    Et la tu veux?... La partie deux!!!
    "

    Le "et rondou et pikachu" m'a tuée xDDDD
    La Voix : Encore u.u ?!!!
    ET RINA ELLE FAIT BÊÊÊ PAS MÊÊÊÊ !!!!!!!! À part quand elle essaie de dire "Mais".....

  • Cameby

    26/06/2017

    Heu...la partie deux!
    Je veux la partie deux deux !
    Oui je la veux ! Toi tu la veux!
    Et moi un peu et toi beaucoup !
    Et rondoudou! Et Pikachu !
    Un p'tit coucou ! Pour Aurélie qui sermone yuki!
    Qui se rebelle contre elle!
    Qui fait parler des cailloux et moi des train tchou-tchou !
    Et tu l'a veux et moi un peu!
    Et tu l'a veux la partie deux!
    Meuh meuh meuh !
    Mais non c'est
    Mêeee mêee mêee! Comme rina! Qui veux hyoma! Mais Yuki veux kyoya! Et moi ryuga!!
    Et la tu veux?... La partie deux!!!

  • Kyoya-Beyblade

    26/06/2017

    Cameby wrote: "xDDD comment improvisé une chanson partie 1! xDD"

    Et c'est quoi la partie 2 *^* ????????

  • Cameby

    26/06/2017

    xDDD comment improvisé une chanson partie 1! xDD

  • Kyoya-Beyblade

    26/06/2017

    Cameby wrote: "Laisse nous chanter !!! *Retire le scotch -pas fort pour pas faire mal- laissez nous chanter!!! Tout l'été en liberté !! Délivré ! Je je m'en tirai plus jamais !! "

    NOM DE ZEUS XDDDDDDDDD

  • Cameby

    26/06/2017

    Laisse nous chanter !!! *Retire le scotch -pas fort pour pas faire mal- laissez nous chanter!!! Tout l'été en liberté !! Délivré ! Je je m'en tirai plus jamais !!

  • Kyoya-Beyblade

    26/06/2017

    Cameby wrote: "*accompagne la chanson*
    Tchou-tchou! J'veux du pain!
    Tchou-tchou! Psk j'ai faim!
    Tchou-tchou! J'en veux pas qu'un !
    Tchou-tchou ! J'en veux plein!
    "

    Aurélie : J'ai toujours du scotch, je te préviens !
    TTTTTwTTTTTT *pleure en suivant le refrain !*

Report abuse