Les limbes de l'oubli

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire du jour où ktn et moi avons commencé à parler ensemble... Je sais que cela n'a probablement aucune importance pour vous, mais pour moi c'est très important alors je voulais en parler... Surtout que cette année, elle m'a fait un cadeau absolument magnifique *^* et je ne sais pas comment témoigner de ma reconnaissance, je ne sais pas si elle se rend compte d'à quel point c'est important pour moi, et d'à quel point cela me touche... Ce n'est pas la première fois qu'une amie me fait un cadeau, mais c'est quasiment la première fois qu'une vraie amie me fait un cadeau spontanément, pas parce qu'elle y avait été forcée ou quoi que ce soit... Et ça me donne vraiment envie de pleurer, parce que c'est beaucoup trop gentil et que... Je me sens coupable... Je ne crois pas le mériter... Parce que, moi, je ne sais pas quoi lui offrir en retour... (Mélanie, si tu lis cela, je sais que tu m'as déjà dit que c'était n'importe quoi et que tu ne voulais rien en retour, mais je me sens tout de même coupable... Il y a bien une chose que je voudrais t'offrir, mais... Comment dire cela... Elle n'est pas prête, pas encore... Et je pense qu'elle ne serait pas prête avant encore un mois, et cela c'est au grand minimum, en étant excessivement optimiste... Désolée, je suis vraiment désolée... Je suis aussi désolée pour le message que je t'ai envoyé juste après avoir reçu ton cadeau, c'était très immature... Mais en voyant cela, mon cerveau a vraiment fait une overdose de joie et a grillé ^^" ce qui explique que la seule chose que j'arrivais à penser c'était "OMG OMG OMG OMG OMG OMG"... Je suis désolée, je suis vraiment lamentable... Et je suis encore plus désolée parce que je sais que tu n'aimes pas que je m'insulte moi-même, ou que je me "rabaisse"... Et, j'admettrais qu'il y a une chose chez moi dont je suis fière : j'ai réussi, en étant moi-même, à me faire des amis absolument géniaux, toi en particulier. Et certes, c'est plutôt eux qui ont fait tout le boulot, mais cette pensée m'emplit tout de même de fierté.
 
Merci infiniment.
 
 
 
[Bon, pour tous ceux qui ont lu l'introduction, c'est bon je me tais et je vous laisse lire l'OS... Car quoi de mieux pour célébrer un anniversaire qu'un bon vieil OS tragique ?!
 
... Je sais. Je devrais aller me pendre. Mais ce n'est vraiment pas de ma faute -enfin si, complètement-, j'ai cherché un OS terminé avec une fin heureuse dans tous les OS que j'ai écrit pendant que je n'avais pas de connexion... Et je n'en ai trouvé aucun. Ils sont tous déprimants o.o -ou pas sur Beyblade...- Donc bon... J'ai décidé de publier celui que je préférais '^' encore une fois, désolée...]




 
PDV neutre :
Le monde, formé uniquement de ténèbres incessants, tournait autour de lui dans une spirale infernale. Il ignorait complètement depuis quand il était ici, dans cet état, mais ce qu'il savait, c'est qu'il voulait que cela s'arrête. Il se sentait tomber, tomber, toujours tomber, et il ne pouvait le supporter. Tous ses muscles étaient tendus, sa bouche ouverte dans un hurlement silencieux, et ses yeux exorbités. Il n'entendait rien, y avait-il seulement quelque chose à entendre ? Il ne parvenait pas à parler, non plus, ni à sentir quoi que ce soit ou à bouger de sa propre volonté. Que se passait-il enfin ? Pourquoi était-il dans cet état ? Où Diable se trouvait-il ?
Soudain, Kyoya ouvrit les yeux. Il ne se souvenait même pas de les avoir fermés. Il était allongé sur le sol, et le ciel au-dessus de lui était d'un gris à la fois menaçant et d'une tristesse immense. Il se leva, et fit quelques pas hésitants. Il n'avait toujours aucune idée de l'endroit où il était. Il n'avait jamais vu pareil lieu auparavant : le sol était une brume pareille au ciel, et les seules formes qui émergeaient étaient des dizaines et des dizaines de piles d'objets difformes qu'il parvenait à peine à distinguer les uns des autres. Il fut tenté d'appeler quelqu'un, n'importe qui, sa voix étant revenue, mais quelque chose dans l'atmosphère le retenait de le faire, bien qu'il ignorât quoi exactement. Soudain, il aperçut une jeune fille aux longs cheveux noirs, aux yeux turquoises et au visage étrangement flou assise sur un des tas d'objets.
<<-Hé, toi ! Est-ce que tu sais où on est ? Il demanda d'un ton masquant du mieux qu'il pouvait son angoisse.>>
Elle le regarda avec tant de tristesse qu'il eut l'impression que ses pupilles bleues étaient un profond océan prêt à l'engloutir.
<<-Je te le dirais si tu répond d'abord à ma question. Que trouves-tu pire, la peur de l'inconnu ou le désespoir d'en savoir trop ?>>
Il fronça les sourcils. Mais qu'est-ce qu'elle pouvait bien raconter ?
<<-La peur de l'inconnu... Il murmura complètement au hasard.
-Je ne crois pas que tu sois sincère. Mais bon, tu as fait ton choix... Nous sommes dans les limbes de l'Oubli.
-Les limbes de l'Oubli ?! Il s'exclama, interloqué.
-En effet. C'est ici que se retrouvent tous les personnages oubliés... Tous ceux dont plus personne ne connaît l'histoire, tous ceux dont le public ne se souvient plus de l'existence même... Tu faisais partie d'un dessin animé, toi, n'est-ce pas ?>>
Il hocha la tête.
<<-Il s'appelle Beyblade. Et j'en fais toujours partie.
-Non. Il est mort. Les temps changent, et les enfants aussi, et les émissions que ceux d'autrefois regardaient paraîtraient ringardes à cette époque. Ils ne les passent plus à la télévision ou quoi que ce soit, et par conséquent... Le public ne se renouvelle pas, et les seuls qui s'en souviennent sont ceux qui les ont suivies à l'époque. Mais ils sont vieux, à présent... La plupart ont tout oublié, et les autres commencent déjà à mourir.
-Qu'est-ce que cela veut dire ?!
-Que tu vas bientôt disparaître. Les personnages fictifs sont envoyés ici quand moins de cinq personnes se rappellent de leur existence. Et, lorsque tout le monde les a oubliés, alors ils disparaissent pour de bon...>>
Il avait du mal à respirer. Il ignorait d'ailleurs qu'il avait seulement besoin de respirer... Mais quoi qu'il en fusse, en ce moment précis, c'était le cas. Il allait disparaître ? Il allait... Mourir ? Jusqu'à ce que ce jour, il avait cru qu'il ne pouvait pas mourir. Il réalisait maintenant à quel point il s'était trompé, et à quel point cette perspective était effrayante.
<<-Je refuse ! Il s'exclama brusquement. Je ne disparaîtrait pas comme cela !
-Abandonne. Peu importe ta force, ta volonté ou ta détermination, tu ne peux rien faire pour l'empêcher.>>
Des larmes coulèrent sur ses joues. C'était la première fois qu'il pleurait depuis des années...
<<-Tu mens... Je dois être capable d'y faire quelque chose... N'importe quoi...
-Non. Tout comme les humains ne peuvent résister à la mort, nous ne pouvons résister à l'oubli. C'est triste, mais c'est ainsi. Tu ferais mieux de l'accepter.
-Et comment sais-tu tout cela ?! Je ne te crois pas !
-Je sais bien des choses... J'ai été créée ainsi.
-Tu te trompes...
-Malheureusement, ce n'est pas le cas. J'ai fait la rencontre d'autres personnages avant toi, ici. Ils ont tous disparu... Moi-même, ma vie ne tient plus qu'à un fil. Ma créatrice est morte très jeune, avant d'avoir pu terminer de rédiger mon histoire. Et maintenant, les seules qui se souviennent de moi sont ses amies auxquelles elle avait parlé de moi, ou plutôt son amie, l'unique d'entre elles qui soit encore en vie. Et encore, elle ne met connaît pas complètement... C'est pour cette raison que mon corps et en particulier mon visage sont flous. Elle ne m'a jamais vue, et ne peut donc s'en rappeler... Et dorénavant, j'attends sa mort. Cela ne saurait tarder... Elle a quatre-vingt dix-neuf ans, à présent. C'est un miracle que sa mémoire m'ait seulement conservée, je dois dire. J'imagine qu'elle aimait réellement ma créatrice, et que tout ce qui se rapporte à elle importe à ses yeux...>>
Elle soupira.
<<-Ne pleure pas. Elle murmura d'une voix douce, descendant de sa pile et prenant Kyoya dans ses bras pour tenter de le réconforter. Ou plutôt, pleure, tout ton saoul, si cela te fait du bien. Et puis, lorsque tu sera calmé, oublie ce que je viens de te dire. Ne passe pas le temps qu'il te reste à vivre à ressasser de sombres pensées ou à craindre la mort. Ce serait du gâchis... Sois heureux. C'est ta dernière chance de l'être... Et puis, qui sait ? Peut-être que ton anime sera relancé, que les humains feront une nouvelle saison où tu apparaîtra, que des gens se souviendront à nouveau de toi et que tu pourras quitter ce monde et retourner dans le tien... Tu n'es pas encore condamné, contrairement à moi. Mais vis, vis comme s'il n'y avait plus aucun espoir, et que chaque jour était le dernier. Car tu ne sais jamais, jamais ce qui peut arriver.>>
Il mit encore un certain temps à cesser de pleurer, apaisé par sa voix douce et mélodieuse. Elle lui rappelait sa propre mère, bien, bien longtemps auparavant, avant que son père ne la quitte et qu'elle sombre dans l'alcoolisme. Ou bien la grande s½ur qu'il aurait aimé avoir. Quelqu'un qui l'aurait calmé, et protégé. Quelqu'un pour soigner les blessures de son âme, ou du moins pour les lui faire oublier pendant ne serait-ce qu'un instant. Quelqu'un qui lui aurait fait savoir ce que c'était de ne pas être entièrement brisé, le corps éreinté et le c½ur réduit en morceaux. Quelqu'un enfin avec lequel il n'aurait pas eu à agir comme s'il était fort pour dissimuler toute l'immensité de sa faiblesse. Il aurait tant aimé connaître une personne comme cela alors qu'il était toujours dans son monde... Maintenant, il était trop tard. Il ne pouvait s'attacher à elle. Comme elle l'avait dit, elle était condamnée... À partir de cet instant, il haït tous les humains, qui créaient des personnages pour les torturer, leur faire miroiter une fin heureuse, et les oublier aussitôt qu'ils l'avaient obtenue, la leur arrachant par la même occasion.
Néanmoins, il ne laissa pas sa rage l'aveugler. Il n'avait pas le temps pour cela. À la place, il suivit son conseil, et profita de la vie. Difficile, dans un endroit pareil. Et si elle n'avait pas existé, il doutait qu'il aurait jamais réussi à le faire. Mais elle avait été créée avec des pouvoirs dépassant l'imagination, d'une beauté tantôt harmonieuse et tantôt chaotique, mais toujours parfaitement maîtrisée, pouvant à la fois construire des merveilles et, si elle le voulait, les détruire aussitôt. Peut-être aurait-il eu peur d'elle, en tant normal. Elle était si puissante, elle aurait pu l'annihiler en un instant... Mais d'un autre côté, elle était si douce, si gentille... Elle ne lui aurait fait aucun mal, il le savait. Et après tout, il n'avait plus grand-chose à perdre. Ils passaient le temps ensemble. Elle créait des illusions pour lui, et, lorsque c'était nécessaire, de réels objets. Ils étaient heureux enfin, malgré l'épée de Damoclès dangereusement placée au-dessus de leurs têtes. C'était étrange... Il n'avait jamais été heureux dans sa vie d'avant. Certes, il avait bien eu des moments joyeux, mais jamais si pleinement, jamais un bonheur complet et pareil. Il regrettait un peu de n'avoir pas rencontré la jeune fille plus tôt, de ne pas avoir eu l'occasion de profiter de sa présence apaisante auparavant, mais il savait bien que cela n'aurait pas pu être possible. Il n'y avait que très peu d'univers fictifs connectés ensembles, et les rencontres entre personnages venant de différents mondes étaient par conséquent des événements excessivement rares. Et inexistantes entre ceux créés par des auteurs différents, qui ne se connaissaient ni d'Ève ni d'Adam, n'était pas au même niveau ou même de nationalités similaires. Mais tout de même... Un jour, pourtant, elle s'éclipsa discrètement. Il prit peur tout d'abord, pensant qu'elle allait disparaître, mais il la trouva après quelques minutes à peine de recherche en compagnie d'une adolescente, aux cheveux châtains et aux yeux d'un vert sale, avec qui elle parlait. Il resta un instant sans bouger, n'ayant aucune idée de quoi faire, puis s'avança.
<<-Euh... Salut ?>>
Son amie se tourna vers lui.
<<-Kyoya. Que veux-tu ?
-Rien de spécial, juste... Avec qui est-ce que tu es en train de discuter ?>>
L'intéressée ne semblait même pas l'entendre.
<<-Tu sais, il y a quelque chose que les humains disent souvent... "Un auteur ne meurt jamais vraiment, et continue de vivre à travers ses créations."... Comme tu as pu t'en rendre compte, ce n'est pas tout à fait vrai, puisque beaucoup de personnages disparaissent, éventuellement. Mais il y a également une autre condition pour que cette phrase soit justifiée. Il faut que l'auteur en question et ses créations aient été très proches, et que les personnages l'aient bien connu. Cela a été le cas pour moi et celle qui m'a inventée. Kyoya... Je te présente ma créatrice. Je lui dois mon existence toute entière, alors, maintenant que les rôles se sont inversés et que c'est sa vie qui dépend de la mienne, je prend soin d'elle comme mon plus précieux trésor... Même si elle n'est plus qu'un fantôme incapable de penser par elle-même, à présent, je préserve ce qui reste d'elle.>>
Kyoya les regarda toutes deux avec une tristesse sincère, mêlée à une pointe d'admiration et d'envie face à leur relation. Il n'avait jamais connu son créateur. Après tout, il n'était pas le personnage principal de l'histoire dans laquelle il vivait, et même celui-ci n'avait jamais eu l'occasion de le rencontrer, alors lui... Il ne fallait pas rêver. Il aurait pourtant aimé savoir comment il était. Cela aurait un peu été, pour les humains, comme voir son dieu. C'était loin d'être sans intérêt. Pourtant, l'adolescente n'avait rien une déesse, surtout à côté de sa douce et angélique création. Au contraire, elle n'était même pas belle, avait un corps légèrement difforme, un peu de graisse en trop, et elle paraissait excessivement faible. Certes, elle aurait pu tuer ses personnages en une fraction de seconde, et faire arriver tout et n'importe quoi dans son univers, mais... Il n'en faisait pas partie. Elle était impuissante face à lui. Ce qui, dans un certain sens, lui conférait un avantage par rapport à son amie dotée de tant de pouvoirs. C'était assez étrange, en soi... Il secoua la tête pour chasser ces pensées. Ce n'était pas le moment de réfléchir à des choses pareilles... Il ne savait toujours pas quoi dire. Est-ce qu'adresser la parole à cette gamine aurait ne serait-ce qu'eu un effet ? Il finit par abandonner, et s'en alla en bredouillant un "À plus tard" plus gênant que quoi que ce soit d'autre. Une heure environ après, son amie vint le retrouver, seule, et la routine heureuse qu'ils avaient adoptée depuis quelques temps. Elle ne fut plus interrompue pendant plusieurs jours encore, jusqu'à ce que le corps entier de la jeune fille soit secoué d'un spasme, unique mais violent.
<<-Ça y est... Dit-elle alors. C'est la fin. J'ai été heureuse... De t'avoir connu.>>
Le bas de son corps se mit à disparaître.
<<-Attends ! Il s'exclama brutalement, désespérément.
-J'aimerais bien...>>
Un sourire doux et chaleureux se peignit sur son visage flou, alors que son bassin se transformait en une fine poussière qui ne cessait de rétrécir jusqu'à ne plus exister du tout.
<<-Reste avec moi... Je... Je ne veux pas que tu meures ! Ces quelques jours bénis passés avec toi étaient les meilleurs de ma vie !
-Tant mieux...
-Ne me laisse pas... Je... Je t'aime !>>
Une unique larme coula sur sa joue.
<<-Kyoya. Je t'ai dit de ne pas pleurer. Pas pour moi, pas pour cela... C'est ainsi, c'est tout. Ni moi ni toi ne pouvions rien y faire. J'aurais aimé passer plus de temps avec toi, mais le destin en a décidé autrement. Ne sois pas triste...>>
Elle n'était plus qu'un visage, à présent, tenant miraculeusement dans l'air. Un sanglot s'échappa de ses lèvres, et alors, celles de son amie, celles de sa bien-aimée se posèrent dessus en un baiser chaste et pur. L'instant d'après, elles avaient disparu, et elle entièrement avec, mais il pouvait toujours les sentir. Il s'écroula sur le sol brumeux, et resta ainsi allongé pendant une temps indéfini et qui lui sembla infini. Était-ce une seconde, une minute, une heure, ou bien plusieurs jours ? Toujours est-il qu'il ne fut sorti de sa torpeur que par un cri.
<<-Il y a quelqu'un ?!>>
Cette voix... Il la connaissait bien. Gingka. Alors, il sourit amèrement, se leva, et s'assit sur un des tas d'objets difformes. Le personnage principal de l'histoire où il avait eu coutume de vivre ne tarda pas à le remarquer.
<<-Kyoya ? Qu'est-ce que tu fais ici ? Où... Où est-ce qu'on est ?>>
Il le regarda avec tant de tristesse qu'il eut l'impression que ses pupilles bleues étaient un profond océan prêt à l'engloutir.
<<-Je te le dirais si tu répond d'abord à ma question.>>
Il prit eu grande inspiration, et parla d'un ton étonnamment confiant.
<<-Que trouves-tu pire, la peur de l'inconnu ou le désespoir d'en savoir trop ?>>
 
 
 
Est-ce que j'ai écrit du Aurélie (qui est-ce que cela pourrait être d'autre ?) x Kyoya ? Oui. Est-ce que je regrette ? Pas du tout. Tiens, d'ailleurs, anecdote inutile, à une époque, Kyoya apparaissait dans l'univers d'Aurélie, mais au final je l'ai coupé parce qu'il ne servait à rien.
Kyoya : Hé !
Bref... J'aime bien cet OS. Bon, c'est sans doute parce qu'Aurélie est dedans, mais tout de même... J'aime bien ma fin, je sais pas pourquoi '^' je la trouve pas mal... Bon après c'est sûr que c'est pas exactement la joie. Mais bon...
Ça m'énerve de finir ma conclusion débile comme ça par contre xD ^^" (suis-je stupide ? oui.)
... P*tain Aurélie a embrassé Kyo. Après ça, les Mayu, les Ludvina, les Hatsu, les Estelle et compagnie, vous pouvez vous rhabiller il voudra plus jamais de vous...
Mayu : C-c'est pas comme si j'en avais quoi que ce soit à faire d'abord... -///-
Aurélie : *long soupir*

Tags : Les limbes de l'oubli

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.226.172.30) if someone makes a complaint.

Comments :

  • ktn-love

    22/08/2017

    Maintenant, laisse moi aller dejeuner XDD 😂😂 (vive la bouffe)

  • ktn-love

    22/08/2017

    Et ton premier paragraphe m'a bien faire rire ;) Saches que je suis vraiment contente que le cadeau t'es plu ! XD pck honnetement, j'ai eu tres peur que tu ne l'aime pas ou que t'en sois decue :3 (tu n'es pas lamentable ! :0) Alors... Beh juste, sois heureuse, c'est le seul cadeau que je veuille que tu me fasse parce que tu le merite amplement et que de voir une fille comme toi souvent deprimee, ca me creve le coeur. :'3

  • ktn-love

    22/08/2017

    Oh. ** Cet écrit est splendide, Yuki T^T Et le couple est si beauu ! ** J'ai jamais autant apprécié voir Kyoya avec une autre ! X) Non, sérieusement, comment tu as eu l'idée ? J'aime vraiment cet ecrit la, mais bon sang je n'arrete pas de te dire que tes derniers ecrits sont mes preferes ! TT Faudra que je fasse un classement un jour... Mais prendre autant de recul pour pouvoir ecrire une chose pareille... Vraiment, bravo :3
    Et Nicori a raison, sur wattpad y en a un paquet de fan ** plus d'une bonne dizaine **

  • Nicori

    19/08/2017

    J'aime beaucoup!!
    Mais je tiens à te rassurer, en additionnant les fan de beyblade de Sky, Wattpad et fanfiction.net, on dépasse les 5 fans. ;)
    Et autre chose, les personnages ne meurent jamais vraiment. Par exemple, Olive et Tom à été lancé dans les Années 80 et tous le monde s'en souviens encore. (D'ailleurs, ils ont prévu une saison pour 2018!!!)

Report abuse